/weekend
Navigation

«Fugueuse la suite»: des «scènes magiques» tournées à Manawan

Tournage de Fugueuse la suite à Manawan, octobre 2019
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Puisque les jeunes autochtones sont au cœur de l’intrigue de Fugueuse la suite, il était «tout naturel» pour le producteur Louis Bolduc d’orchestrer un tournage à même les communautés. Des «scènes magiques» et «très émouvantes» ont été tournées à Manawan en octobre dernier pour les besoins d’un épisode qui sera présenté lundi soir. 

Les téléspectateurs assisteront au retour mouvementé de la jeune prostituée Daisie Flamand (Jemmy Echaquan Dubé---) dans son village natal et aux retrouvailles avec sa fille, l’occasion de lever le voile sur son lourd passé. 

Un tournage très symbolique pour Jemmy Echaquan Dubé, vedette de la série, qui fait ses premiers pas en tant qu’actrice et qui, comme son personnage, a passé son enfance à Manawan, dans Lanaudière, pour ensuite se déraciner.

«Je pense que ce tournage-là a été gratifiant pour toute l’équipe, confiait-elle au Journal récemment. Ça donne une bonne vibe dans la communauté. Les gens sont tellement contents de voir leurs visages dans la série.»

Tournage de Fugueuse la suite à Manawan, octobre 2019
Photo courtoisie

La communauté consultée

Dans un contexte où les Premières nations sont plus représentées que jamais au petit écran québécois, l’équipe de Fugueuse la suite est allée tourner quatre jours à Manawan cet automne, dans des résidences et dans le village. L’épisode met en valeur la culture autochtone. 

D’abord, les interactions entre les personnages ont été tournées en langue atikamekw (sous-titrées en français), et le groupe de musique traditionnelle Black Bear, qui a participé au numéro d’ouverture des prix Juno l’an dernier, prend part à une magnifique scène
cérémoniale à la fin de l’épisode. 

Les sujets abordés dans ce sixième épisode sont très délicats. Question d’éviter les clichés et de bien faire les choses, la production a eu plusieurs échanges avec la communauté, le chef de Conseil des Atikamekw de Manawan, Paul-Émile Ottawa et son directeur général. 

«La première chose à faire, c’était de bien expliquer le projet aux gens, pour qu’ils comprennent ce qu’on faisait, et de les rassurer sur le fait que tout se faisait dans le respect et dans un esprit de collaboration. On leur a fait lire le scénario, on a mis cartes sur table pour pouvoir raconter cette histoire-là et ils étaient d’accord. Ils ont été réceptifs dès le début», explique Louis Bolduc. 

«Il y a une histoire quand même assez dure, mais il y a une belle rédemption dans le scénario», fait-il valoir. 

Tournage de Fugueuse la suite à Manawan, octobre 2019
Photo courtoisie

Nouveaux visages

Manawan avait déjà accueilli un tournage avec le film de Chloé Leriche Dans les rues, en 2016. La réalisatrice a d’ailleurs travaillé en étroite collaboration avec l’équipe de production pour les aider à tisser des liens avec la communauté et faire toutes les recherches nécessaires sur le terrain, entre autres dénicher des acteurs.

On découvrira dans l’épisode de lundi soir la famille de Daisie, notamment sa grand-mère et son oncle Dan. La distribution autochtone est un heureux mélange d’acteurs expérimentés et d’autres qui n’avaient tout simplement jamais joué. 

La production avait fait un appel général aux auditions dans toutes les communautés autochtones du Québec l’été dernier. Louis Bolduc et son équipe sont allés passer une soixantaine d’auditions à La Tuque ainsi qu’à Trois-Rivières. De ces deux séances de casting, ils ont choisi quatre personnages, dont l’oncle Dan et la grand-mère de Daisie. 

Ce sont des résidents de Manawan qui sont figurants dans de nombreuses scènes, ce qui ajoute au réalisme de l’épisode. «C’est presque à la limite du documentaire», souligne le producteur.


Fugueuse la suite est diffusé lundi 21 h, à TVA.