/sports/ski
Navigation

Journée difficile sur une piste glacée

SKI-ALPINE-WORLD-WOMEN
PHOTO AFP Marie-Michèle Gagnon, le 2 février 2020

Coup d'oeil sur cet article

(Sportcom) Marie-Michèle Gagnon a connu des débuts difficiles, samedi, sur la piste de Garmisch-Partenkirchen, en Allemagne, où était présentée la descente féminine de la Coupe du monde de ski alpin. La Québécoise a finalement pris le 40e rang au terme de cette épreuve disputée sur une surface des plus glacées. 

• À lire aussi: Marie-Michèle Gagnon éprouve des difficultés à Bansko 

• À lire aussi: Coupe du monde de ski alpin de Bansko: Marie-Michèle Gagnon un peu moins fluide que la veille 

• À lire aussi: «Je vais me concentrer sur les épreuves de vitesse» -Marie-Michèle Gagnon 

«Ce n’était vraiment pas facile! La piste était recouverte de glace et c’était très “bumpy”. Je ne me sentais pas confortable et je n’étais pas capable d’attaquer», a indiqué Gagnon, qui a enregistré un chrono de 1 min 47,13 s à sa première expérience sur ce parcours. 

«C’est une nouvelle piste pour moi et c’est probablement l’une des plus difficiles pour celles qui n’y ont jamais skié. C’est dommage, car je crois qu’avec un peu plus d’entraînement j’aurais été plus à mon aise», a-t-elle poursuivi. 

L’Allemande Viktoria Rebensburg (1 min 41,94 s) a décroché l’or devant ses partisans, concluant devant l’Italienne Federica Brignone (+0,61 s) et la Tchèque Ester Ledecka (+0,83 s). 

Gagnon aura la chance de se reprendre dès dimanche, à l’occasion du super-G. L’athlète de Lac-Etchemin compte apporter quelques changements afin d’avoir «de meilleures sensations sur la neige».