/weekend
Navigation

«Une bien petite chose» de Lisa Brennan-Jobs: la fille de Steve Jobs se raconte

Lisa Brennan-Jobs
Photo courtoisie, Brigitte Lacombe

Coup d'oeil sur cet article

Dans son autobiographie Une bien petite chose, Lisa Brennan-Jobs raconte avec vivacité son enfance en Californie et la relation difficile qu’elle a eue avec son père, Steve Jobs, le célèbre cofondateur d’Apple. Son livre est une lettre d’amour à sa famille, mais aussi une carte postale de la Californie des années 1970 et 1980, alors que la Silicon Valley était en pleine ébullition.

Élevée par sa mère, dans des conditions misérables, Lisa Brennan-Jobs s’est retrouvée dans des écoles privées prestigieuses, après que son père l’a reconnue, sept ans après sa naissance. Très bonne conteuse, Lisa Brennan-Jobs partage avec générosité des moments forts de sa vie dans ce livre, qui a figuré dans le Top 10 des livres de l’année 2018, au palmarès du New York Times, dans sa version anglaise (Small Fry). 

«J’ai eu la naïveté de croire que ce livre sortirait tout seul de moi... mais ça ne s’est pas passé comme ça! commente-t-elle en entrevue. C’était tellement vaste! Ça m’a pris beaucoup de temps avant qu’il soit à mon goût. Je pensais que ça allait être facile. J’ai dû mettre ma vie sur pause pendant un moment, parce que je n’avais tout simplement pas d’énergie pour faire quoi que ce soit d’autre que l’écriture. Je suis devenue une espèce d’ermite.» 

Temps, efforts et réflexion

Revoir son enfance, se souvenir d’autant de détails lui a demandé du temps, des efforts et beaucoup de réflexion. 

«J’ai parlé aux ex-conjoints de mes parents. J’ai habité à Palo Alto pendant quatre mois. J’ai fait de la course à pied dans les collines où j’ai grandi, j’ai respiré le même air. Ça m’a rappelé mon enfance, mais j’y ai appliqué mon vocabulaire d’adulte», commente-t-elle. 

«Je suis retournée dans toutes les maisons où j’ai habité avec ma mère – celles qui existent encore. Et j’ai travaillé. Ça m’a pris beaucoup de temps pour déterrer les histoires que je raconte. C’est pour ça que chaque scène que je décris est aussi riche en détails. 

«J’étais rendue aux trois quarts du livre quand j’ai réalisé que mon père ne m’avait pas voulue tant que ça. Ce n’est pas que ça m’a blessée, simplement je l’ai réalisé. Peut-être que c’est vrai pour bien des gens... Ma mauvaise perception de ma propre vie m’avait déjà fait assez mal comme ça : je me suis sentie exclue, non désirée, volée. Même si je n’arrivais pas à mettre tout cela en mots. Je pense que c’est la raison pour laquelle j’ai écrit un livre.» 

<b><i>Une bien petite chose</i></b><br>
Lisa Brennan-Jobs<br>
Éditions Edito<br>
Éditions Edito
Une bien petite chose
Lisa Brennan-Jobs
Éditions Edito

Cheminement

L’écriture lui a permis de cheminer. «Chaque fois que je touchais à quelque chose qui était la vérité, dans ma situation, et que je n’avais pas encore compris, j’ai ressenti un grand soulagement. 

«Je me suis souvenue de m’être endormie en pleurant, et que j’avais immensément mal. Et à un moment donné, la même peine que j’avais eue est réapparue, tellement intense que j’arrivais à peine à respirer. C’était presque une bénédiction : ça me confirmait que je n’inventais pas tout cela. En transformant notre vie en art, cela nous donne de la perspective, et un soulagement.» 


► Lisa Brennan-Jobs est la fille du cofondateur d’Apple, Steve Jobs. 

► Elle est journaliste et écrivaine. 

► Son père a nommé en son honneur l’un des premiers ordinateurs d’Apple, le Lisa.