/weekend
Navigation

«Fugueuse la suite»: le défi de jouer un personnage transgenre

Robin L'Houmeau
Photo courtoisie, Bertrand Calmeau

Coup d'oeil sur cet article

Robin L’Houmeau a relevé un défi fort intéressant dans la série Fugueuse la suite. Le jeune acteur originaire de Val-d’Or, qui joue un adolescent fragile en fugue, a dû plonger dans des zones de jeu peu fréquentées pour se glisser dans la peau d’Alex, une femme née dans un corps d’homme.

Dans le dernier épisode de la série de Michelle Allen, Yohan a avoué à sa mère qu’il a commencé à prendre des hormones et qu’il souhaite entreprendre le processus de transformation pour devenir une femme.Robin L’Houmeau avoue qu’il n’avait pas beaucoup de points de référence et qu’il est très loin de cette réalité. 

«Je ne pouvais pas aller puiser en moi pour jouer Alex. Ça ne pouvait pas être vrai parce que je ne connais pas la réalité d’une personne qui vit ça», a-t-il fait remarquer, lors d’un entretien. 

L’acteur a choisi d’aller s’informer auprès de personnes pouvant témoigner des sentiments qui les habitent et qui vivent cette situation.  

Un des défis était de bien faire les choses et de ne pas tomber dans la caricature. 

«J’ai eu la chance de rencontrer trois femmes trans qui m’ont parlé ouvertement de leur transition, de leur façon de voir les choses et de leurs émotions. Je ne me suis pas vraiment intéressé aux enjeux politiques derrière le mouvement d’acceptation de la communauté LGBTQ+. J’étais plus intéressé par ce que ces gens vivent», a-t-il mentionné. 

Robin L’Houmeau savait, lorsqu’il s’est pointé aux auditions, que le personnage de Yohan irait dans cette direction. Il connaissait la destination, mais pas le chemin pour s’y rendre. 

Un premier refus

L’acteur, qui n’avait pas été invité aux deux premières rondes d’auditions pour le rôle de cet adolescent fragile en fugue, a finalement été contacté pour la troisième. 

«C’était un beau personnage, et ça me tentait d’auditionner», a-t-il mentionné. 

Trois semaines plus tard, alors qu’il était dans un labyrinthe dans un champ de maïs, dans l’État de New York, avec des membres de sa famille, son téléphone a sonné. Il avait décroché le rôle.  

«J’ai voulu obtenir plus d’information et la communication a coupé. J’ai dû attendre d’être de retour à Montréal», a-t-il relaté. 

Robin L’Houmeau était tout jeune lorsqu’il a commencé à jouer des personnages. 

Il a écouté beaucoup de films avec son père et il aimait jouer à faire semblant. À 10 ans, il montait ses propres sketches avec la caméra vidéo de son père. 

C’est grâce à un article de journal que sa grand-mère lui découpait qu’il a découvert qu’un concours était ouvert pour trouver de jeunes comédiens pour le film Il était une fois les Boys

Il a enregistré une vidéo, soumis sa candidature et participé à trois auditions, dont une sur la glace, où il a vécu pour la première fois le stress entourant un processus de sélection. 

«Le choix final a été déterminé par un vote du public et ça n’a pas fonctionné. J’ai reçu mon premier non, après avoir commencé, après trois auditions, à rêver et à capoter», a-t-il confié. 

Les débuts

La directrice de la distribution des rôles des Boys lui a suggéré de se trouver un agent. Ce qu’il a fait. 

«Durant ma dernière année au secondaire, je faisais des aller-retour Val-d’Or-Montréal pour faire de la figuration», a-t-il dit. Il s’est installé à Montréal, s’est inscrit en cinéma au Collège Marie-Victorin et a abandonné ses études un an et demi plus tard. 

«Je voulais être vraiment disponible pour passer des auditions et faire le plus de contrats de figuration possible», a-t-il indiqué. En 2017, il a obtenu un premier rôle dans la comédie dramatique Happy Face et ce fut le début de sa carrière professionnelle.  

Un film indépendant où il joue le rôle d’un jeune homme qui décide de couvrir son visage de bandages et d’intégrer clandestinement un atelier de soutien aux patients défigurés. 

Avant Fugueuse la suite, Robin L’Houmeau a tourné dans le film La déesse des mouches à feu, qui sera présenté au Festival de Berlin le 22 février, en première mondiale.  

Le film d’Anaïs Barbeau-Lavalette, qui est une adaptation du roman de l’auteure Geneviève Pettersen, suit le parcours d’une jeune fille de 16 ans qui entre de plein fouet dans l’adolescence au moment où ses parents se séparent. 


Fugueuse la suite est diffusée les lundis à 21h sur TVA.