/finance
Navigation

Louis Têtu investit 1 M$ dans Couche-Tard

Coup d'oeil sur cet article

Chaque semaine, nous faisons un survol des transactions d’initiés, des investissements dans les jeunes entreprises d’ici et de l’actualité des entreprises cotées en Bourse.  

Le patron de Coveo fait le plein  

Photo courtoisie

Le chef de la direction de Coveo, Louis Têtu, vient d’acheter 22 514 actions d’Alimentation Couche-Tard à un prix unitaire moyen de 44,42 $, pour un investissement total d’un peu plus de 1 M$. M. Têtu siège au conseil d’administration de la chaîne de stations-service et de dépanneurs depuis septembre. Avant ses emplettes, il détenait déjà pour 142 000 $ de titres de Couche-Tard. 

225 millions $ en Inde pour la Caisse  

Capture d'écran

La Caisse de dépôt et placement a annoncé cette semaine un investissement de 225 M$ US dans une plateforme qui offrira du crédit privé en Inde. Son partenaire dans cette aventure est le conglomérat indien Piramal, dans lequel l’institution a déjà investi 250 M$ US l’automne dernier. En 2017, la filiale immobilière de la Caisse, Ivanhoé Cambridge, avait alloué 250 M$ US pour investir dans le secteur résidentiel avec Piramal.  

Des administrateurs du CN achètent  

Photo Agence QMI, Joel Lemay

Quatre membres du conseil d’administration du Canadien National qui résident aux États-Unis ont investi collectivement près de 1,6 M$ pour acheter des actions de l’entreprise montréalaise. Gordon Giffin, Edith Holiday, James O’Connor et Donald Carty ont acquis en tout 12 500 actions à un prix unitaire d’environ 126 $. C’est M. Carty, un ancien haut dirigeant de Dell, qui a misé le plus avec un investissement de plus de 800 000 $. Le CN a confirmé hier le transfert en Alberta de son centre de contrôle de Montréal, qui emploie une soixantaine de personnes.  

Une fintech obtient 20 millions $  

Capture d’écran, brivafinance.ca

Le Fonds de solidarité FTQ injecte 20 M$ dans Briva Finance, une fintech fondée en 2018 à Montréal. L’entreprise offre du financement à court terme ou intérimaire à des PME dont les revenus annuels sont d’au moins 10 M$. « Les dirigeants d’entreprises ont besoin de prêteurs capables de les accompagner lors de situations pressantes et temporaires », explique le fondateur de Briva, Jacques Marchand, un ancien de la Banque Nationale.