/sports/others
Navigation

Des touristes d’Europe ne craignent pas la motoneige

Le décès de cinq Français lors d’une excursion ne refroidit pas leurs ardeurs

Valcourt
Photo collaboration spéciale, Alex Drouin Serge Giuliani, Jean De Muyser et Marco Thill, du Luxembourg, étaient présents hier au Grand Prix Ski-Doo de Valcourt.

Coup d'oeil sur cet article

VALCOURT  |  Des touristes du Luxembourg rencontrés au Grand Prix de Valcourt tenaient à faire de la motoneige même après avoir entendu parler du drame qui a coûté la vie à cinq Français au Saguenay.

« Ça nous a un peu inquiétés, mais on voulait vivre l’expérience de faire de la motoneige », dit sans hésiter Marco Thill, 53 ans, du Luxembourg.

Le décès des cinq touristes français et de leur guide, qui sont tombés dans les eaux glacées de la rivière La Grande Décharge le 21 janvier, avait été rapporté dans leur journal local.

« Nos proches étaient un peu inquiets qu’on fasse de la motoneige, mais ils le sont dès que l’on quitte le pays pour aller en visiter un autre », ajoute-t-il. 

« Il y aura toujours de l’imprudence, mais [cet accident] n’allait pas m’empêcher de venir ici pour faire de la motoneige », ajoute son compatriote Jean De Muyser, 53 ans.

De bons conseils

Les deux hommes, ainsi que leur ami Serge Giuliani, sont venus au Canada pour une semaine grâce à un voyage organisé, afin de faire de la motoneige et d’assister au Grand Prix.

Dès leur arrivée vendredi, ils ont parcouru près de 160 km sur leurs engins.

« Heureusement, on nous avait informés qu’on ne circulerait pas sur des lacs », précise l’homme de 47 ans.

Le trio a raconté au Journal qu’ils avaient reçu quelques informations de la part de leur guide avant d’enfourcher leur véhicule pour la première fois.

« On nous a conseillés sur le comportement de la machine, sur la façon dont on devait se comporter sur la route ainsi que les signaux qu’il fallait faire avec nos bras », explique M. Thill.

« Les conseils étaient très bien développés, et on savait ce qu’on devait faire », poursuit M. Giuliani.

Belle expérience

Ont-ils aimé leur première expérience à motoneige ?

« C’était génial et pas très difficile étant donné qu’on a tous beaucoup d’expérience puisque nous pratiquons le motocross depuis longtemps », précise M. De Muyser.

Le plus jeune du groupe, Serge Giuliani, a toutefois mentionné que les virages étaient parfois ardus à négocier.