/news/society
Navigation

Dossiers perdus: les autorités ne se rappelaient plus la disparition

adolphe carrier
Photo courtoisie Adolphe Carrier avec le portrait de sa sœur de 6 ans, disparue en 1963.

Coup d'oeil sur cet article

Un homme dont la sœur est disparue depuis 56 ans dans la région de Québec a de la difficulté à pardonner au service de police d’avoir égaré le dossier de sa sœur.  

• À lire aussi: La police a perdu plein de dossiers non résolus  

• À lire aussi: Dossiers égarés par la police: c’est la faute aux fusions et à la numérisation

• À lire aussi: Ils sont sans nouvelles des policiers depuis 10 ans

« Ç’a été un choc lorsque j’ai vu qu’il n’y avait plus de traces d’elle nulle part », déplore Adolphe Carrier, âgé aujourd’hui de 63 ans.  

Il a réalisé en 2006 que le cas de sa sœur Diane n’apparaissait plus dans la section des personnes disparues de la Ville de Québec. 

Voici à quoi Diane Carrier pourrait ressembler aujourd’hui.
Photo courtoisie
Voici à quoi Diane Carrier pourrait ressembler aujourd’hui.

Diane Carrier s’est volatilisée le 27 septembre 1963. Cette journée-là, la fillette de 6 ans avait quitté la maison familiale dans le secteur de Place Royale, près du Vieux-Port. Elle allait chercher son frère aîné, Adolphe, afin de l’avertir que le souper était prêt. 

Mais elle n’est jamais revenue, et son absence a été signalée très rapidement aux policiers. 

Des semaines de recherche 

Croyant que les enquêteurs de la Vieille Capitale s’occupaient du dossier de sa sœur au cours des dernières années, M. Carrier les a laissés à leur travail. 

C’est en voulant obtenir des explications sur le retrait de l’avis de recherche de sa sœur qu’on lui a dit qu’il n’y avait rien au nom de Diane Carrier. 

« Ils ont cherché pendant quelques semaines et ils ont fini par me dire que le dossier avait possiblement été placé dans un autre fichier que celui de ma sœur lors des transferts des dossiers en papier vers les dossiers sur ordinateur », explique le sexagénaire.  

« Tu te fies à eux pour mener des enquêtes. Ils ne sont pas censés perdre des dossiers », lâche-t-il en colère. 

Le porte-parole du Service de police de la Ville de Québec, Étienne Doyon, confirme qu’il y a eu des lacunes dans la gestion de cette enquête. 

« Le document original a été égaré », acquiesce-t-il. 

Il assure qu’il s’agit, à sa connaissance, de l’unique cas qui avait été signalé pour ce qui est des vieux dossiers de disparition.  

« L’enquête a été refaite de manière rigoureuse, mais on est conscient que ce n’est pas la manière optimale, étant donné la disparition du dossier original », ajoute-t-il. Adolphe Carrier a mentionné au Journal avoir pensé intenter une poursuite contre le corps policier, mais qu’il a préféré conserver ses énergies pour tenter de trouver sa sœur.  

« On a peut-être raté des chances de la retrouver ou de recueillir des informations pendant que son dossier était perdu et pas affiché », conclut avec déception M. Carrier.