/entertainment
Navigation

Marche hivernale

Un nouveau guide des sentiers de la région

Parc Moulins
Photo courtoisie, Parc des Moulins, Jean-Philippe Labrie

Coup d'oeil sur cet article

L’activité physique est plus que jamais prescrite par les médecins, et ce, 12 mois par année. En plein cœur de l’hiver, au moment où l’envie de bouger est parfois freinée par le froid, la neige et la glace, voilà que Ça marche Doc ! dévoile son nouveau Répertoire des sentiers hivernaux de Québec et Lévis.   

Ce sont donc 31 attrayants sites de marche hivernale qui sont regroupés dans ce répertoire bonifié, puisqu’il en compte six de plus que sa version précédente. En plus des villes de Québec et Lévis, celles de Saint-Augustin, de L’Ancienne-Lorette et de Lac-Beauport y sont représentées. Avec cet outil élaboré par Ça marche Doc !, dont la mission est de « faire connaître les liens causaux qui existent entre la santé et l’aménagement urbain », les médecins peuvent orienter leurs patients vers de magnifiques lieux de marche entretenus pendant l’hiver et situés non loin de leur quartier, afin qu’ils acquièrent leur dose d’activité physique quotidienne. Cette dose correspond à 30 minutes de marche par jour, trois kilomètres ou 3000 pas, précise la Dre Johanne Elsener, DMV, conceptrice et coordonnatrice de Ça marche Doc !.     

Après tout, la marche n’est-elle pas l’activité physique la plus accessible et rassembleuse qui soit ? Pour choisir sa prochaine destination, il suffit de consulter le site web Ça marche Doc!.   

Pour la santé de tous  

L’idée d’élaborer ce répertoire est celle de la Dre Louise Provencher, chirurgienne-oncologue au Centre des maladies du sein Deschênes-Fabia du CHU de Québec, qui soutient que, chez la femme, l’activité physique « peut diminuer significativement le risque d’être atteinte d’un cancer du sein. Pour les femmes déjà touchées par un tel cancer, lorsque combinée aux traitements standards (chirurgie, chimiothérapie, traitement endocrinien et radiothérapie), l’activité physique est l’habitude de vie modifiable qui a l’effet positif le plus fort sur la rémission d’un cancer du sein ».     

Malheureusement, moins de 13 % des femmes atteignent l’objectif de 150 minutes d’activité physique par semaine, dit-elle, et beaucoup de femmes actives l’été cessent de l’être durant l’hiver pour des raisons de sécurité, craignant de tomber sur la glace par exemple. Voilà pourquoi le Répertoire des sentiers hivernaux de Québec et Lévis devait voir le jour au départ.    

Puis, comme le rappelle le Dr Paul Poirier, cardiologue, idéateur et porte-parole de Ça marche Doc !, la marche est aussi bénéfique pour prévenir d’autres maladies.     

Parc Moulins
Photo courtoisie, Ça marche Doc!

« Meilleur médicament »  

« C’est l’un des meilleurs moyens pour lutter contre l’obésité, le diabète et les maladies cardiovasculaires. Il faut marcher hiver comme été. L’activité physique traite plus de 30 maladies chroniques, c’est le meilleur médicament qui soit », dit-il.    

Le Répertoire des sentiers hivernaux de Québec et Lévis, réalisé grâce au soutien financier de la Fondation de l’Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec et de la Fondation du CHU de Québec, s’adresse donc à tout le monde.     

« Nous voulons sauver des vies en faisant la promotion d’aménagements urbains favorables à la santé. Ce nouvel outil nous permettra à la fois d’aider les médecins et de réduire les coûts de santé liés à l’inactivité, car le répertoire propose plusieurs lieux attrayants qui inciteront patients et citoyens à faire de l’activité physique. De plus, ce contact avec la nature leur permettra de lutter contre les maladies mentales, comme le stress, l’anxiété et la dépression », renchérit la Dre Elsener.    

À son rythme  

Et puisque l’important est de bouger, chacun marche à son rythme, qu’il s’agisse d’une paisible randonnée ou d’une marche rapide, par exemple. « Peu importe comment elle est faite, la marche sera toujours mieux que de rester assis », explique la Dre Elsener, en spécifiant que la randonnée la plus bénéfique est celle qui nous rend un peu essoufflés. Elle donne l’exemple d’une marche pendant laquelle on serait encore capable de parler à son voisin, tout en étant un peu à bout de souffle. Par ailleurs, choisir une destination qui présente des escaliers permet d’augmenter l’intensité de l’exercice, qui n’en sera que plus bénéfique. C’est le cas notamment de la Promenade du coteau Sainte-Geneviève (secteur Saint-Jean-Baptiste/Montcalm), de l’escalier Badelard et du parc de la Plage-Jacques-Cartier.      

5 trucs  

1. Respecter ses capacités  

Une personne qui n’a pas l’habitude de bouger pourrait commencer par 10 minutes de marche, puis augmenter tranquillement ses sorties pour atteindre l’objectif de 30 minutes quotidiennement. Voilà qui est beaucoup plus motivant que d’en faire trop la première fois et ne plus vouloir recommencer ensuite.    

2. Se fixer un objectif   

Se fixer un objectif raisonnable à atteindre, en augmentant le nombre de pas réalisé ou en diminuant le temps nécessaire pour parcourir un même sentier par exemple, s’avère très encourageant.    

3. Planifier  

Ajouter des périodes de marche à son horaire, pour éviter de manquer de temps, favorise la réalisation quotidienne de cette activité.     

4. S’entourer  

Marcher à deux ou en groupe aide à résister à l’envie de passer son tour. Ça marche Doc ! organise d’ailleurs une marche tous les samedis matins, dès 10 h, dans un endroit différent. En plus de la marche qui rassemble une centaine de personnes, un médecin invité sensibilise les participants à la problématique de son choix, selon sa spécialité, puis des prix de présence sont tirés.     

Il suffit de consulter le site web Ça marche Doc! pour connaître l’horaire.  

5. Bien se vêtir  

S’habiller convenablement selon la température permet de vivre une expérience agréable. C’est-à-dire en privilégiant le multicouche, en s’assurant que les extrémités sont bien au chaud, en chaussant des bottes de marche et en ajoutant des crampons si le sol s’avère glissant.    

Des sentiers pour tous les goûts  

Sur le lac et au parc du Brûlé à Lac-Beauport

Les Marais du Nord
Photo courtoisie, Municipalité de Lac-Beauport
Les Marais du Nord

Deux sentiers hivernaux de Lac-Beauport font désormais partie du répertoire, il s’agit du sentier qui borde l’anneau de glace (2,5 km) sur le lac, ainsi que le réseau de sentiers (environ 5 km) du parc du Brûlé. Le premier est accessible par le Club nautique de Lac-Beauport (219, chemin du Tour-du-Lac) et se rend jusqu’à l’hôtel Entourage-sur-le-Lac au milieu d’un décor grandiose, alors que le second, situé au 79, chemin du Brûlé, vous plonge au milieu de la nature.  

Les sentiers de Québec  

Les Marais du Nord
Photo courtoisie, Les Marais du Nord
Les Marais du Nord

Il serait très long de nommer tous les endroits prescrits par les médecins pour la marche hivernale à Québec. On en retrouve dans chacun des six arrondissements pour un total de 23. En voici quelques-uns auxquels vous n’aviez peut-être pas pensé : Le coteau Sainte-Geneviève, cette ceinture verte boisée située sur la face nord de la falaise reliant la Haute-Ville de la Basse-Ville, qui est traversée de neuf escaliers et est dotée d’une promenade pédestre. Le sentier pédestre balisé sur 6,5 km qui sillonne le Campus de l’Université Laval. Le Domaine de la Maison O’Neill (3160, boul. Wilfrid-Hamel Ouest) et ses 3,5 km de sentier. Le Centre de plein air de Beauport et le Corridor des Beauportois (95, rue de la Sérénité), d’où l’on peut marcher sur 5 km. Le parc des Moulins (8191, avenue du Zoo, à Charlesbourg), qui donne accès au site de l’ancien Jardin zoologique (photo). Les Marais du Nord (1100, de la Grande Ligne), où l’on peut observer les oiseaux et témoigner de l’importance des milieux humides.   

Le parc des Moulins
Photo courtoisie, Le parc des Moulins, CCNQ, Jean-Philippe Labrie
Le parc des Moulins

  

Parc Riverain de Saint-Augustin-de-Desmaures  

Parc Moulins
Photo courtoisie, Ville de Saint-Augustin-de-Desmaures

Un parc de la municipalité de Saint-Augustin fait maintenant partie du Répertoire des sentiers hivernaux. Il s’agit du parc Riverain (accessible par la rue de l’Hêtrière), qui borde la rive sud du lac Saint-Augustin, offrant ainsi quelques points de vue magnifiques sur cette étendue d’eau. Les randonneurs et les photographes amateurs aiment également la beauté de sa forêt composée de pruches matures, d’érables à sucre et de bétulaies blanches, ainsi que sa zone humide où ils peuvent observer une grande variété d’oiseaux.   

Parc de la Rivière de L’Ancienne-Lorette  

Parc Moulins
Photo courtoisie, Ville de L’Ancienne-Lorette

Nouvelle destination prescrite par Ça marche Doc !, les sentiers du parc de la Rivière de L’Ancienne-Lorette (1307, rue des Loisirs Est) totalisent 7 km de sentiers aménagés pour permettre la randonnée pédestre, le ski de fond, la raquette et le vélo sur neige. Un local chauffé accueille les sportifs en quête de chaleur pour se préparer à pratiquer leur activité favorite ou pour prendre un temps de repos.   

Quatre destinations à Lévis  

Le Parc de la rivière et chemin
Photo courtoisie, Daniel T Photo
Le Parc de la rivière et chemin

Le Parcours des Anses et le parc Valero Les Écarts côtoient désormais l’Éco-Parc de la Chaudière (en face du 220, avenue Saint-Augustin, Breakeyville) et le parc de la Rivière-Etchemin (rue de l’Abbaye, Saint-Romuald), sur la liste des sentiers hivernaux proposés par Ça marche Doc ! à Lévis. L’Éco-Parc de la Chaudière propose un sentier de 5 km semi-boisé, qui longe partiellement la rivière et laisse apercevoir les vestiges des anciens moulins de Breakeyville. Le parc de la Rivière-Etchemin, pour sa part, met à la disposition des marcheurs, des fondeurs et des amateurs de raquettes et de vélo à pneu surdimensionnés trois kilomètres de sentiers. Tous deux offrent de beaux points de vue sur les rivières qu’ils longent.