/news/provincial
Navigation

Régis Labeaume reste évasif sur son avenir

Le maire de Québec n’a pas commenté son avenir en politique lors de son passage à Tout le monde en parle

Régis Labeaume reste évasif sur son avenir
Photo d'archives, Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

Régis Labeaume est demeuré évasif sur son avenir politique à la tête de la Ville, dimanche, lors de son passage à l’émission Tout le monde en parle.  

Sachant très bien que le maire de Québec refuse de dire s’il se représentera aux élections municipales de l’an prochain, l’animateur Guy A. Lepage a plutôt tenté d’obtenir la réponse au détour. 

«Aimeriez-vous être encore maire lors du premier coup de pelle du chantier du tramway en 2022?»

Ce à quoi M. Labeaume a répondu : «On verra.»

Questionné à savoir s’il regrettait la construction du Centre Vidéotron, qui n’héberge encore aucune équipe de la LNH, alors que plusieurs experts assurent que la Ville perd de l’argent, M. Labeaume a été très clair.

«Jamais de la vie! On a un amphithéâtre d’une valeur de 400 millions $, qu’on a payé à peu près 130 millions $, après les subventions», a-t-il lancé, assurant qu’une ville nordique comme Québec doit avoir ce genre d’édifice.

Il souligne que le Centre Vidéotron génère des profits annuellement. 

«Évidemment, on n’a pas d’équipe. Ça vous fatigue, je le sais. Mais honnêtement, vous n’en avez pas non plus!» a-t-il ajouté en riant. 

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Autoritarisme

Invité à réagir aux messages islamophobes qui ont fusé lors de la commémoration de l’attentat de la mosquée, le maire de Québec n’est pas passé par quatre chemins pour en dénoncer les auteurs.

«Ah, la communauté de morons en bobettes dans le sous-sol de leur père à 31 ans qui sont sur internet...», a-t-il commencé avant d’être interrompu par l’hilarité de la foule. «Le problème, c’est que maintenant, ils ont une tribune.»

Il a d’ailleurs spécifié que c’était pour éviter «que la horde de morons revienne» qu’il a décidé de ne pas faire de consultation publique avant de vendre un terrain au Centre culturel islamique de Québec pour en faire un cimetière musulman.

«J’ai fait de l’autoritarisme.»