/weekend
Navigation

Une histoire montréalaise

Mafia Inc
Photo courtoisie, Films Séville Après l’avoir dirigé dans L’affaire Dumont, Podz a confié le rôle principal de Mafia Inc. à Marc-André Grondin.

Coup d'oeil sur cet article

Huit ans après avoir travaillé ensemble sur le drame judiciaire L’affaire Dumont, le réalisateur Podz et l’acteur Marc-André Grondin refont équipe pour s’attaquer à un genre qui a peu souvent été abordé au cinéma québécois : le film de mafia. Et ils ont tenu à le faire en ancrant leur récit dans la réalité montréalaise.  

Car le film Mafia Inc., qui prend l’affiche vendredi, se penche sur un chapitre sombre de notre histoire : le règne de la mafia sicilienne à Montréal. Ce sixième long métrage de Podz (Miraculum, la série 19-2), scénarisé par Sylvain Guy (Détour, Liste noire), est basé sur le livre du même titre, des journalistes André Cédilot et André Noël, qui retraçait, sur plus de 30 ans, l’histoire de la mafia montréalaise. 

« C’est difficile de comprendre pourquoi on n’a pas fait plus de films sur la mafia au Québec, parce que ça fait tellement partie de ce qu’on est comme ville et comme société, souligne Daniel Grou, alias Podz, en entrevue au Journal. L’histoire qu’on raconte dans Mafia Inc. se déroule dans les années 1990. Peut-être que ça nous prenait un certain recul pour pouvoir le faire ? » 

Podz ne s’en cache pas : un des plus gros défis pour la réalisation de ce nouveau long métrage a été de revisiter un genre qui a été popularisé par de grands films réalisés par des cinéastes mythiques comme Martin Scorsese (Les affranchis) et Francis Ford Coppola (Le parrain). 

« J’avoue que c’était un peu freakant de penser à cela, admet le cinéaste. Mais il fallait justement que je n’y pense pas trop pour ne pas que ça me paralyse. J’ai donc essayé de mettre ça un peu de côté.  

« Je ne voulais pas réinventer le genre. Mais je voulais quand même lui donner une nouvelle spin. Et cette spin-là, c’est Montréal. Je voulais qu’on sente vraiment que c’est ici que ça se passe, et je voulais que la communauté italienne de Montréal se reconnaisse dans le film. C’est pour cela que j’ai recruté de vrais Italiens pour jouer les personnages italiens et que ça parle les trois langues (français, italien et anglais) dans le film. C’était super important pour moi de travailler de cette façon. Pour moi, c’est ça qui nous différencie des films américains sur la mafia. » 

Entre fiction et réalité 

Autant le livre Mafia Inc. retraçait l’histoire de la mafia montréalaise en racontant notamment l’ascension de la famille Rizzuto, autant on ne retrouvera pas ces noms dans le film de Podz. Les noms des personnages ont été changés et le scénariste Sylvain Guy s’est inspiré du contenu du livre pour écrire une histoire en grande partie fictive.  

Dans le film, Marc-André Grondin se glisse dans la peau de Vincent « Vince » Gamache, un jeune gangster québécois qui travaille pour le compte du parrain de la famille mafieuse sicilienne Paternò (joué par l’acteur italien Sergio Castellitto), au grand dam de son père tailleur (Gilbert Sicotte). La sœur de Vince, Sofie (Mylène Mackay), est quant à elle fiancée à un des fils Paternò. Les relations entre les deux familles deviendront particulièrement tendues quand Vince sera chassé du clan sicilien après avoir commis un acte. 

« Mon personnage est un mélange de certaines personnes qui ont existé et de plusieurs histoires qui ont été mises ensemble, explique Grondin. Ça me donnait plus de liberté que quand j’ai joué Michel Dumont dans L’affaire Dumont, par exemple. Mais avoir plus de liberté, ça peut aussi être insécurisant. C’est le fun parfois d’avoir un petit cadre, parce que tu as quelque chose sur quoi tu peux t’appuyer.  

« J’ai donc fait beaucoup de recherches pour me préparer. J’ai beaucoup parlé avec Sylvain [Guy] et Podz. J’ai rencontré des gens qui ont grandi dans ce milieu et qui m’en ont parlé. Je suis allé chercher des petits détails chez ces personnes que j’ai rencontrées ou encore en regardant des bouts d’entrevues avec des gens qui ont fréquenté ce milieu. J’ai aussi travaillé avec la créatrice de costumes du film pour essayer de lui trouver un look. En somme, j’ai essayé de créer un personnage fictif, mais réaliste. » 


Mafia Inc. prend l’affiche vendredi.