/sports/hockey/remparts
Navigation

Filion s’est taillé une place chez les Remparts

Le joueur à caractère défensif s’attire les éloges de Patrick Roy

Xavier Filion, à droite, contrant Gabriel Proulx, du Drakkar de Baie-Comeau, le 24 janvier au Centre Vidéotron.
Photo d’archives, Didier Debusschère Xavier Filion, à droite, contrant Gabriel Proulx, du Drakkar de Baie-Comeau, le 24 janvier au Centre Vidéotron.

Coup d'oeil sur cet article

L’attaquant Xavier Filion peut en témoigner: il n’avait pas laissé une mauvaise impression aux dirigeants des Remparts de Québec pendant le calendrier préparatoire avant que ces derniers décident d’obtenir ses services. Le mariage est une réussite jusqu’à maintenant.  

Choix de cinquième ronde des Saguenéens en 2018, Filion croyait bien pouvoir se tailler une place dans l’alignement de la formation chicoutimienne à 17 ans lorsqu’il a amorcé le dernier camp d’entraînement, mais elle avait d’autres plans en tête à l’aube d’une saison importante pour l’organisation.  

S’il a ensuite obtenu un casier permanent dans le vestiaire du Centre Vidéotron, c’est en partie en raison du flair du directeur général adjoint des Remparts, Christian Vermette, qui avait convaincu Patrick Roy de lui mettre la main dessus.   

Joueur efficace  

Roy a acquis le jeune homme de Plessisville en retour d’un choix de quatrième tour appartenant initialement aux Voltigeurs de Drummondville.  

La transaction s’avère payante depuis le début de la campagne alors que Filion ne cesse de prendre du galon dans un rôle défensif.  

« Christan Vermette l’avait vu jouer en matchs hors-concours et il l’avait adoré, a expliqué Roy. Je dois avouer que depuis qu’il s’est joint à l’équipe, on le voyait dans un rôle de 12e ou 13e attaquant, mais il nous a forcé la main jusqu’à la dernière minute de la période des échanges pour se départir d’Édouard St-Laurent parce qu’un gars comme [Nathan] Gaucher performait bien, ainsi que lui aussi. Ils nous donnaient cette latitude pour créer de l’espace et les faire jouer. »  

« Je n’ai pas peur de l’utiliser en désavantage numérique ni sur des mises en jeu dans notre territoire contre de bons trios parce qu’il défend très bien, et offensivement, il fait bien aussi. Je suis extrêmement fier de Xavier », a souligné le grand patron des opérations hockey des Diables rouges à l’issue de l’entraînement de mardi au Pavillon de la Jeunesse.  

Au bon endroit  

Filion n’aurait pu demander mieux que de débarquer dans une équipe en reconstruction misant sur un tas de jeunes patineurs.  

« J’étais content d’être échangé avec les Remparts parce que les Saguenéens voulaient me renvoyer dans le midget AAA. De venir ici, ça m’a donné la chance de jouer dans le junior majeur », a dit le produit des Estacades de Trois-Rivières.   

Auteur de six points, dont quatre buts, et d’un différentiel de +1 en 48 rencontres, Filion était reconnu jusqu’à cette saison comme étant un joueur produisant à une fréquence élevée. Mais ce n’est pas lui qui va se plaindre de son nouveau rôle. Au contraire.  

« J’ai plus un rôle de quatrième trio et sur le désavantage numérique, et à 17 ans, je pense que c’est mon rôle et je le remplis bien. Ça va bien, avec [Jacob] Melanson. Je prends de la confiance. Au début de l’année, c’était plus tranquille, mais plus ça avance, plus je m’habitue au jeu », a mentionné Xavier Filion, qui estime avoir amélioré ses batailles individuelles depuis qu’il porte l’uniforme sanctifié.