/opinion/columnists
Navigation

Pourquoi on plie devant la religion?

Coup d'oeil sur cet article

Vous vous souvenez de ces deux anciens membres d’une communauté hassidique de Boisbriand qui voulaient poursuivre le gouvernement du Québec pour les avoir abandonnés ? 

Eh bien, le procès a débuté hier au palais de justice de Montréal. 

UNE ENFANCE GÂCHÉE 

Pour ceux qui n’ont pas suivi l’affaire, rappelons les faits. Yohanon Lowen et Clara Wasserstein, qui forment un couple, ont grandi dans une communauté hassidique. Au lieu de recevoir une éducation normale, avec des cours de biologie, de sciences, de mathématiques et d’histoire, ils ont reçu une éducation exclusivement religieuse dans une école illégale. 

Résultat : arrivés à l’âge adulte, cet homme et cette femme se sont rendu compte qu’ils n’étaient pas formés pour se débrouiller dans le « vrai monde ».   

« En 2014, il y a eu des signalements à la DPJ concernant les enfants qui fréquentaient cette école illégale, a rapporté Yves Poirier de TVA Nouvelles à QUB radio hier. Après enquête, l’intervenante de la DPJ a établi que 280 garçons sur les 320 qui fréquentaient cette école étaient victimes de négligence éducative.  

« Bien qu’âgés dans la trentaine, monsieur Lowen et madame Wasserstein n’ont même pas obtenu de certificat d’étude primaire ! Lorsqu’ils ont décidé de quitter leur communauté, ils étaient littéralement incultes. » 

Ils ne savaient même pas ce qu’était le fleuve Saint-Laurent ! 

Jugeant – avec raison – qu’ils ont été abandonnés par le ministère de l’Éducation (qui était au courant de l’existence de cette école illégale, mais n’a rien fait), ces deux citoyens demandent au gouvernement qu’il s’engage à l’avenir à appliquer la Loi sur l’instruction publique à la lettre, et à prendre tous les moyens nécessaires pour que cette situation ne se reproduise plus. 

ACCEPTER L’INACCEPTABLE 

Ce qui nous amène à la question quiz que je pose régulièrement dans ma chronique, au grand dam des petits lapins qui perçoivent toute critique des religions comme une forme de racisme... 

Pourquoi diantre accepte-t-on l’inacceptable dès qu’il est question de religion ? 

Essayez, vous, de retirer votre enfant de l’école pour lui bourrer le crâne avec toutes sortes de sottises. 

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

La DPJ va débarquer. 

Mais dès que la religion s’en mêle, le gouvernement détourne la tête et regarde ailleurs. 

Pourquoi ? 

La liberté de religion permet aux croyants de faire n’importe quoi ? 

Pourquoi le gouvernement n’a rien fait pour s’assurer que les garçons et les filles qui fréquentaient cette école illégale reçoivent une éducation correspondant à nos critères ? 

On les a abandonnés à leurs rabbins, en leur disant : « Faites ce que vous voulez de vos enfants, ça ne nous regarde pas ! » 

Comme si ces enfants n’étaient pas des Québécois comme vous et moi. 

À la limite, ce laisser-aller est condescendant. 

« Oh, vous savez, chez ces gens-là, c’est comme ça que ça se passe, alors... » 

LA RELIGION À SA PLACE 

Quoi qu’en pensent les adeptes du multiculturalisme béat, le temps est venu de mettre la religion à sa place. 

En terminant, une réflexion...  

Quand je critique les dérives de juifs hassidiques radicaux, comme je le fais présentement, personne ne me traite d’antisémite. 

Pourquoi me traite-t-on d’islamophobe quand je critique les dérives de musulmans radicaux ? 

Certaines religions sont intouchables ?

Édito de Richard Martineau