/entertainment/movies
Navigation

«Baby-sitter»: Monia Chokri a trouvé la perle rare pour son prochain film

«Baby-sitter»: Monia Chokri a trouvé la perle rare pour son prochain film
PHOTO COURTOISIE/Maude Chauvin

Coup d'oeil sur cet article

Monia Chokri a trouvé la perle rare qui complétera le quatuor de comédiens principaux de son deuxième long métrage, Baby-sitter. Il s’agit de l’actrice française Nadia Tereszkiewicz, qui, aux dires de la réalisatrice, est «extraordinaire». 

«Elle a un charisme qui déborde de l’écran», a confié Monia Chokri, un large sourire aux lèvres, mardi, lors de la conférence de presse des 38e Rendez-Vous Québec Cinéma, dont elle est la porte-parole.     

Monia Chokri a récemment tenu des auditions en France pour dénicher celle qui donnera la réplique à Patrick Hivon, Steve Laplante et elle-même dans Baby-sitter, adaptation cinématographique de la pièce du même titre de Catherine Léger (Charlotte a du fun, La déesse des mouches à feu, La petite reine, Les invisibles), présentée en 2017 au Théâtre La Licorne.     

 

«Baby-sitter»: Monia Chokri a trouvé la perle rare pour son prochain film
Photo Instagram, Nadia Tereszkiewicz

 

Dans la jeune vingtaine et en pleine ascension, Nadia Tereszkiewicz a jusqu’ici joué, entre autres, dans le film Seules les bêtes, de Dominik Moll, et dans la série Possessions, qui sera à l’antenne de Canal+ au printemps.     

«Elle tourne énormément, on va la voir beaucoup dans les prochaines années», a prédit Monia Chokri au sujet de sa nouvelle protégée.     

Catherine Léger a elle-même signé le scénario de Baby-sitter d’après son histoire originale à teneur féministe, celle d’un homme qui se repentit dans un livre d’excuses adressées aux femmes, après avoir posé un geste considéré sexiste qui lui a fait perdre son emploi chez Hydro-Québec et recevoir une volée de bois vert sur les réseaux sociaux.     

Sans pression  

Baby-sitter, que Monia Chokri tournera l’été prochain et qui constitue le projet le plus costaud de son année 2020, est une coproduction Québec-France, chapeautée par les producteurs Martin Paul-Hus, d’Amérique Film, et Fabrice Lambot, de Phase 4 Productions.     

Après le succès populaire et critique remporté par son premier long métrage, La femme de mon frère – qui lui a notamment valu le prix Coup de cœur du jury de la section «Un certain regard» du dernier Festival de Cannes –, Monia Chokri sent-elle que les attentes à son égard sont élevées avec ce deuxième opus?     

«J’essaie de ne pas penser à ça, parce que, sinon, je sors de la création, a expliqué celle qu’on peut aussi voir dans la série Fragile sur Tou.tv Extra. Ce que les gens attendent de moi, ça m’a traversé l’esprit à un moment donné, et j’ai décidé de mettre ça de côté. Ce qui m’importe, c’est de créer, de me renouveler, de ne pas être confortable. Donc, la pression, je me la mets de moi à moi, par rapport à ma créativité, et non pas à ce que les gens attendent de moi.»