/entertainment/tv
Navigation

Épidémie : quand la fiction rejoint la réalité

Épidémie
Photo d'archives, PIerre-Paul Poulin Julie Le Breton

Coup d'oeil sur cet article

Les parallèles entre l’épidémie de coronavirus qui frappe la planète et Épidémie, la série de fiction de TVA, sont saisissants. Mais depuis quelques épisodes, les similitudes par rapport au racisme que subissent les groupes de personnes affectées sont particulièrement frappantes. 

Diffusé mardi, le sixième épisode du thriller montrait comment la montée du cova, le virus fictif qui affole le Québec des auteurs Annie Piérard et Bernard Dansereau, continue d’encourager des comportements racistes. En conférence de presse, l’infectiologue campée par Julie Le Breton a même interrompu le ministre Demers (Guillaume Cyr) pour demander aux gens d’arrêter d’employer le terme « grippe inuite ». La semaine précédente, un jeune amateur de skateboard s’était retrouvé en isolement simplement parce qu’il semblait être d’origine autochtone. 

On peut également mentionner presque chacune des paroles prononcées par l’infirmière campée par Sandrine Bisson. Ce personnage fait beaucoup réagir les abonnés du compte Facebook d’Épidémie. « Peut-on renvoyer cette infirmière svp ? Seigneur, elle fait juste ça commettre des erreurs éthiques et agir avec plein de préjugés », écrit une utilisatrice. D’autres sont plus directs : « Maudite infirmière conne elle m’énerve ! » 

Dans l’actualité 

Ce volet du scénario trouve écho dans l’actualité, car depuis quelques semaines, les exemples d’actes répréhensibles commis envers les communautés asiatiques font la manchette. Lundi, on rapportait qu’un animateur radio néerlandais avait diffusé en ondes une chanson dans laquelle on disait que l’épidémie de coronavirus était la faute des « Chinois puants ». 

TVA n’a pas souhaité répondre aux questions du Journal pour éviter d’alimenter la confusion entre fiction et réalité. 

Pas seule 

Épidémie a beau être la première série-catastrophe québécoise, elle est loin d’être unique au monde. Plusieurs productions américaines ont abordé le sujet au cours des dernières années.  

L’exemple qui revient le plus souvent est Contagion. Ce thriller de science-fiction connaît présentement un regain de popularité. Au cours des dernières semaines, il s’est même retrouvé au palmarès iTunes des 10 films les plus vendus. 

Épidémie n’est pas non plus la seule série du genre à avoir été lancée en 2020. Depuis janvier, Netflix propose Pandémie, une série documentaire qui montre comment les experts se préparent à juguler le prochain virus émergent. 


♦ Avec une moyenne de 1 550 000 téléspectateurs, Épidémie arrive troisième au palmarès des émissions les plus regardées cet hiver, derrière District 31 et Fugueuse.