/opinion/columnists
Navigation

PQ: une course intéressante

Paul St-Pierre Plamondon
Photo Marc Desrosiers Paul St-Pierre Plamondon

Coup d'oeil sur cet article

La course à la chefferie du Parti québécois se montre plus intéressante que prévu. Les trois candidats déclarés, Sylvain Gaudreault, Paul St-Pierre Plamondon et Frédéric Bastien ont des positions suffisamment contrastées pour qu’on puisse s’attendre à un vrai débat. 

Première question : que faire de l’indépendance ? Comment la remettre de l’avant quand les Québécois préfèrent le détour autonomiste au grand élan vers la souveraineté ? C’est Paul St-Pierre Plamondon qui a pris les devants avec audace : le PQ ne peut plus traiter sa raison d’être comme un boulet. Il doit assumer pleinement sa volonté de faire l’indépendance. 

Indépendance 

Pour cela, il promet un référendum dans un premier mandat. S’inspirant de Jacques Parizeau, il soutient que la souveraineté ne redeviendra mobilisatrice que si on peut se mobiliser en sa faveur. On ne doit plus la traiter comme un rêve lointain, mais comme un objectif politique. Après l’avoir critiquée, Sylvain Gaudreault, qui représente l’establishment péquiste post-référendaire, s’est rallié à cette idée. 

Frédéric Bastien propose autre chose : pour lui, la course au référendum est suicidaire. Il refuse l’attentisme, toutefois. Il propose plutôt de forcer des négociations constitutionnelles pour pousser le Canada à la crise de régime en dévoilant son refus du moindre compromis avec le Québec---. C’est une option légitime. 

Écoutez Les idées mènent le monde, une série balado qui cherche a éclairer, à travers le travail des intellectuels, les grands enjeux de sociétés.

Deuxième question : celle de l’identité. Elle est déterminante et se concrétisera autour de celle de l’immigration. Alors que la CAQ a baissé les seuils d’immigration de manière minimaliste depuis 2018, Sylvain Gaudreault propose de les ramener à 50 000. En d’autres mots, il s’approprie les seuils fixés par les libéraux. 

Au mieux, et je veux bien lui donner le bénéfice du doute, il s’agit de naïveté. Au pire, il s’agit de lâcheté devant le lobby diversitaire qui accuse de racisme tous ceux qui critiquent l’immigration massive. Pourtant, ces seuils dépassent largement nos capacités d’intégration et contribuent à l’anglicisation de la région de Montréal et à sa partition mentale d’avec le reste du Québec. Le PLQ lui-même mise sur l’immigration massive pour verrouiller démographiquement l'avenir politique du Québec. 

Frédéric Bastien voit les choses autrement. Il affronte clairement l’empire du politiquement correct et entend ramener les seuils à 25 000 par année. Il refuse aussi le multiculturalisme et le clientélisme qui l’accompagne. Par ce simple positionnement, il oblige les péquistes à regarder la réalité en face. Il est fidèle à son slogan et pratique un nationalisme décomplexé. 

PSPP 

Reste à voir ce que proposera Paul St-Pierre Plamondon. Il a déjà témoigné de sa vive inquiétude pour l’avenir du français et s’est montré très sévère envers le multiculturalisme. Il se réclame aussi du nationalisme. S’il plaide également pour une vraie baisse des seuils, il surprendra très avantageusement. Il marquerait le ralliement du centre-gauche éclairé aux aspirations identitaires des Québécois. 

Sur la question sociale et environnementale, la concurrence sera moins vive. Il y aura probablement un consensus entre les candidats. Sans contester un instant l’importance de ces enjeux, ce n’est pas par eux qu’ils se démarqueront. 

Comment conjuguer souveraineté et identité ? Telle sera la question.