/sports/football/alouettes
Navigation

De retour à la maison

L’organisation montréalaise confirme l’arrivée de quatre Québécois

Conférence de presse Alouettes
Photo Ben Pelosse Le directeur général des Alouettes, Danny Maciocia, a souhaité la bienvenue à Frédéric Chagnon et à David Ménard, mercredi.

Coup d'oeil sur cet article

Lors de son embauche, le directeur général Danny Maciocia a mentionné qu’à talent égal, il n’hésiterait pas à embaucher des Québécois. Il a tenu promesse lors des premières heures du marché des joueurs autonomes de la LCF.  

• À lire aussi: Howard partira à point 

Il a officialisé mercredi les acquisitions de Junior Luke (ligne défensive), Frédéric Chagnon (secondeur), David Ménard (ligne défensive) et Alexandre Gagné (secondeur).   

Avec ces quatre acquisitions, les Alouettes ont maintenant un total de 13 Québécois au sein de leur formation. Ils n’auront rien à envier à la « French Mafia » du Rouge et Noir d’Ottawa.   

« Je n’ai aucun doute que ces quatre joueurs vont contribuer à nos succès pas seulement sur les unités spéciales, mais aussi en défensive, a souligné Maciocia lors d’un point de presse. Ils pourraient mêler les cartes au camp.   

« Nous sommes vraiment satisfaits d’avoir pu les convaincre. »  

Il est persuadé que Luke et Ménard, qui ont évolué avec les Lions de la Colombie-Britannique au cours des dernières années, seront en mesure de se tailler une place au sein du personnel de la ligne défensive.   

« Luke peut jouer à l’intérieur alors que Ménard nous donne une certaine flexibilité avec sa polyvalence, a analysé Maciocia, qui a dirigé les deux joueurs avec les Carabins durant leurs carrières universitaires. Je crois qu’ils peuvent être partants et ils ont l’opportunité pour le faire. »  

Le bonheur dans l’Est  

Ménard est excité par ce défi qui se présente à lui.   

« C’est un nouveau chapitre dans ma carrière, a-t-il affirmé. Ça sera ma septième année dans la LCF.   

« Je vais essayer d’apporter un peu de leadership auprès des plus jeunes. Je me considère comme un joueur de ligne hybride. Je vais donner mon 110 % à la position qu’on va me donner. »  

« C’est un rêve de petit gars de jouer pour les Alouettes, a ajouté Chagnon, qui s’alignait aussi avec les Lions la saison dernière. La présence de Danny a été un facteur dans ma décision, mais ça faisait un petit bout de temps que je pensais revenir à Montréal. »  

Les trois nouveaux porte-couleurs des Alouettes ne seront pas trop dépaysés, car ils connaissent bien l’entraîneur-chef Khari Jones, qu’ils ont eu la chance de côtoyer pendant quelques saisons à Vancouver.   

« C’est sûr que ça a pesé dans la balance, a ajouté Ménard. Même si j’étais à Vancouver, je suivais du coin de l’œil ce qui se passait à Montréal. De voir les joueurs se rallier derrière lui, je trouvais cela beau à voir. J’avais le goût de faire partie de cette expérience-là. »  

Maciocia a poursuivi son magasinage lors de la deuxième journée des joueurs autonomes.    

Pendant qu’il est toujours en négociations avec l’ailier défensif Adrian Tracy, l’homme de football a mis sous contrat le demi défensif américain Monshadrik Hunter ainsi que les joueurs de ligne défensive américains Kingsley Opara et Logan Tago.   

Hunter serait le candidat visé pour remplacer Patrick Levels, qui a signé une entente avec les Tiger-Cats de Hamilton, mercredi. La saison dernière, avec les Eskimos d’Edmonton, il a réussi 59 plaqués défensifs avec deux interceptions et cinq passes rabattues.   

Pour ce qui est d’Opara et Tago, ils lutteront pour un poste de partant au sein de la ligne défensive, qui a perdu Ryan Brown mardi.   

Vétérans sacrifiés ?  

Encore une fois, Maciocia a annoncé qu’il aurait des décisions difficiles à prendre dans les prochains jours. En raison du plafond salarial, il pourrait devoir libérer un ou deux vétérans.   

À la position d’ailier défensif, si Tracy aboutit à Montréal, il viendrait compléter une rotation potentielle qui pourrait inclure les Américains JaVon Rolland-Jones et Antonio Simmons.   

Pendant ce temps, John Bowman n’a toujours pas indiqué s’il reviendra ou pas avec les Alouettes en 2020. Il est possible que la direction prenne la décision pour lui alors qu’elle a un plan B déjà en place.