/news/provincial
Navigation

Des carnavaleux de partout dans le monde à Québec

Même s’ils ont un peu froid, des Mexicains apprécient l’activité et les batailles de balles de neige

Coup d'oeil sur cet article

Année après année, le Carnaval de Québec propose des activités originales qui attirent dans la Vieille Capitale des milliers de spectateurs venus des quatre coins du globe. La 66e édition ne fait pas exception. 

Alva Bernal, originaire de Colombie et installée à Québec depuis une trentaine d’années, s’est bien adaptée aux coutumes de la région. 

Originaires de la Colombie, Estelle Segrera, sa cousine Alva Bernal et la mère de cette dernière, Victoria Maldonado, s’amusent bien durant le Carnaval.
Photo Jérémy Bernier
Originaires de la Colombie, Estelle Segrera, sa cousine Alva Bernal et la mère de cette dernière, Victoria Maldonado, s’amusent bien durant le Carnaval.

Elle connaît d’ailleurs très bien le Carnaval pour y avoir participé à de nombreuses reprises. 

Dans l’optique de faire connaître sa ville adoptive à sa cousine, Estelle Segrera, elle a décidé de lui faire découvrir le Carnaval pendant ses vacances. 

«Elle ne connaissait pas la neige ! Elle est venue pour voir l’hiver, alors on en profite pour lui montrer la beauté de Québec, le froid, mais aussi la chaleur des Québécois!», raconte Mme Bernal, qui assure que l’activité favorite de sa cousine est La Débarque Christie. 

«Il fait froid» 

«D’où elle vient, il y a un carnaval ressemblant à celui de Rio. Alors on voulait lui en faire connaître un nordique», ajoute-t-elle. 

Les enseignantes Gabriella Bella et Dominica Lanschek (au centre à droite) et plusieurs de leurs élèves de l'Instituto Nouveau, du Mexique.
Photo Jérémy Bernier
Les enseignantes Gabriella Bella et Dominica Lanschek (au centre à droite) et plusieurs de leurs élèves de l'Instituto Nouveau, du Mexique.

Une école du Mexique, l’Instituto Nouveau, a même décidé d’offrir un voyage à Québec à quelques-uns de ses élèves pour voir le Carnaval. 

Alors que le mercure avoisinait seulement le point de congélation, certains d’entre eux ont avoué avoir un peu froid, malgré leur tout nouveau manteau d’hiver acheté pour l’occasion. 

«Il fait froid, je ne suis pas habitué», constate Miguel Martinez, près d’un feu au Camp à Jos, qui dit en être à sa première visite au Canada. 

Une expérience immersive 

«Mais jusqu’à maintenant, on aime vraiment la ville. On aime bien se lancer des boules de neige», ajoute-t-il en riant. 

Le jeune Axel joue dans la partie Pixel au château du Bonhomme.
Photo Stevens LeBlanc
Le jeune Axel joue dans la partie Pixel au château du Bonhomme.

Parmi les activités proposées par les organisateurs de l’événement qui attirent les foules, Pixel se démarque particulièrement. 

Située au Palais de Bonhomme, dans la Zone Loto-Québec, l’expérience immersive plonge les participants dans l’ambiance rétro des salles d’arcade de 1980 à 1990. 

Les cinq tableaux distincts créés par la firme MATIÈRS invitent les gens à interagir avec le décor et à appuyer sur divers boutons, manettes et autres objets ludiques. 

Le tout, dans une espèce de mini-labyrinthe coloré et fluorescent, installé à même des conteneurs maritimes et dissimulé sous des murs de neige.