/news/transports
Navigation

La CAQ supportera le tramway malgré la marche du 29 mars

Un collectif citoyen opposé au projet vient de prendre naissance

Quebec
Photo Stevens LeBlanc Marc Roussin, Robert Lavoie et Nathalie Breton Lachance, membres fondateurs du collectif  « Tramway non merci », ont annoncé, mercredi, la tenue d’une marche citoyenne contre le projet.

Coup d'oeil sur cet article

La tenue d’une manifestation anti-tramway devant l’Assemblée nationale, le 29 mars, ne change rien à l’intention du gouvernement Legault de soutenir le mégaprojet de 3,3 milliards $ de la Ville de Québec.

• À lire aussi: « Pas d’horreur » dans le Petit Champlain, assure Bonnardel

• À lire aussi: Manifestation anti-tramway à Québec: François Legault ne changera pas d’idée  

Les six membres fondateurs du collectif citoyen indépendant « Tramway non merci » ont affirmé, mercredi, en point de presse, vouloir rallier des milliers de citoyens pour exprimer l’opposition « d’une majorité de gens ».

Créé il y a à peine un mois et financé uniquement par les contributions de ses fondateurs, le regroupement estime que le projet « n’est pas adapté aux besoins de Québec tant au niveau de la topographie que du climat. Ça va être la route de l’Église fois mille », selon le porte-parole Stéphane Lachance qui faisait référence aux gros travaux réalisés récemment sur cette artère de Sainte-Foy.

Priorités

Les six membres du collectif travaillent tous à Québec, mais seulement trois d’entre eux y vivent.

M. Lachance se définit comme « le porte-parole de monsieur, madame Tout-le-Monde ».

Il veut que le gouvernement du Québec fasse pression sur la Municipalité pour l’organisation d’un référendum ou d’une élection municipale anticipée portant spécifiquement sur le mégaprojet.

Aux yeux des membres du regroupement, l’autre priorité est de geler les dépenses liées au tramway tout en sécurisant les sommes qui sont sur la table pour les investir dans un projet de transport en commun autre que le tramway.

À l’Assemblée nationale

L’annonce de la manifestation du 29 mars a immédiatement suscité des réactions, mercredi, à l’Assemblée nationale.

Le premier ministre Legault a indiqué qu’il est hors de question de laisser tomber le projet, peu importe le nombre de manifestants qui défileront dans les rues de Québec.

« Une ville de la taille de Québec devrait avoir un tramway. Puis c’est la même chose à Gatineau, c’est la même chose à Laval, c’est la même chose à Longueuil », a-t-il signalé.

Raisonnement similaire chez le ministre des Transports, François Bonnardel.

« Les gens peuvent manifester s’ils le souhaitent [...] Pour nous, il est important d’appuyer ce projet, surtout avec le deuxième tracé [du troisième lien] qui fait beaucoup de place au transport en commun », a-t-il fait remarquer.

Ce dernier a toutefois convenu que la Ville doit faire un effort supplémentaire pour bien communiquer le projet à la population.

« Je m’attends à ce qu’ils fassent mieux pour bien [le] vendre », a glissé le ministre.

Mercredi, aucun élu de la Ville de Québec n’a voulu réagir. 

- Avec la collaboration de Marc-André Gagnon

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.