/news/provincial
Navigation

La Ville de Québec reporte les rencontres publiques sur le tramway

La Ville de Québec reporte les rencontres publiques sur le tramway
Photo courtoisie, Ville de Québec

Coup d'oeil sur cet article

La Ville de Québec reporte à avril les quatre rencontres des comités de bon voisinage qui devaient se tenir en février sur le projet de tramway. 

• À lire aussi: Tramway: les comités de bon voisinage seront ouverts au public  

Les rencontres pour expliquer à la population le projet de réseau structurant de transport en commun étaient prévues la semaine prochaine et la suivante. Elles devaient avoir lieu dans quatre secteurs de la ville, soit Sainte-Foy Ouest, Laurier–René-Lévesque Ouest, Colline Parlementaire–centre-ville et Limoilou–Charlesbourg.  

Jeudi, par communiqué, la Ville a annoncé qu'elles seraient déplacées. Elles se tiendront plus tard, au printemps, entre le 16 et le 29 avril. Ceci vient répondre aux préoccupations formulées par la population quant à la difficulté d’aborder des enjeux très spécifiques dans une instance couvrant un territoire plus large, écrit-on.  

«On s'est aperçu en cours de route qu'on préférait aller rencontrer les citoyens en proximité», a soumis la directrice des communications de la Ville, Marie-Christine Magnan, qui a indiqué que tout comme les questionnements, les inquiétudes de nombreux citoyens sont «normales». Les citoyens seront donc rencontrés en petits groupes dans des «activités de relations communautaires de très grande proximité» qui ne seront pas publiques avant le lancement des rencontres des comités de bon voisinage. 

«Nous voulons faire les choses dans le bon ordre. Nous avons reçu des demandes de rencontres sur le terrain et nous voulons donner suite à un certain nombre d’entre elles, a indiqué Rémy Normand, vice-président du comité exécutif et président du Réseau de transport de la capitale.» 

Les critiques avaient fusé ces dernières semaines sur les méthodes de communications employées par la Ville. Des commerçants avaient indiqué n'avoir pas été prévenus à temps pour diverses rencontres, notamment sur la 1re Avenue. La Ville n'a pas réagi «à cause de ça», mais plutôt en raison du «flot impressionnant de demandes d'information et de demandes de rencontres» des citoyens, précise Mme Magnan. 

– Avec la collaboration de Taïeb Moalla