/sports/hockey
Navigation

LHJMQ: les Saguenéens sur la bonne voie

L'entraîneur-chef des Saguenéens de Chicoutimi, Yanick Jean, avec ses joueurs.
Photo d'archives, ANNIE T. ROUSSEL L'entraîneur-chef des Saguenéens de Chicoutimi, Yanick Jean, avec ses joueurs.

Coup d'oeil sur cet article

Les Saguenéens de Chicoutimi ont pris la route, dans la journée d’hier, en prévision de leur premier affrontement d’un voyage de trois en autant de jours. Si les derniers matchs avaient laissé la plupart des gens perplexes quant à la prestation défensive des «Bleus», la dernière victoire des Sags face aux Voltigeurs de Drummondville a été beaucoup plus convaincante. 

Cette victoire devrait insuffler une dose de confiance à la troupe de Yanick Jean, elle qui est présentement au cœur de la course pour le premier rang dans la LHJMQ, en compagnie du Phœnix de Sherbrooke et des Wildcats de Moncton, entre autres. 

«Nous avons fait un, même deux pas en avant. Ce match a vraiment fait contraste avec nos dernières parties en termes d’effort défensif, et ce, positivement. [...] Année après année, notre équipe tente toujours de jouer de la même façon et nous avions quelque peu perdu cette identité-là lors des dernières semaines», a laissé tomber l’entraîneur-chef des Saguenéens, Yancik Jean, après la plus récente séance d’entraînement de son équipe. 

Les hommes de Yanick Jean joueront trois de leurs quatre prochaines parties face aux Foreurs, dont la prochaine qui se déroulera ce soir à Val d’or, dès 19h. Si cette séquence pouvait ressembler, en apparence, à une minisérie, le pilote des «Bleus» préfère se concentrer sur chaque match que son équipe disputera d’ici la fin de la saison. 

«Pas du tout, on est loin d’avoir à penser à jouer une série face à une équipe. Nous avons des blessés, nous voulons changer un peu notre façon de penser et de se comporter sur la patinoire. Présentement, notre priorité, c’est notre équipe et notre adversaire me passe 100 pieds par-dessus la tête.» 

Un calendrier trop chargé? 

En plus de discuter de l’abolition des bagarres lors d’une réunion qui aura lieu le 20 février prochain, les propriétaires et présidents de 18 formations de la LHJMQ regarderont aussi la possibilité de passer d’un calendrier de 68 parties à un de 60 ou 64 matchs par saison. Yanick Jean serait-il en faveur de cette modification, lui qui est au cœur d’une séquence de trois matchs en autant de soirs? 

«Probablement [que j’apprécierais], mais c’est certain que c’est plus haut que moi. Des spécialistes en la matière vont faire valoir leur point dans les prochaines semaines, mais oui, d’avoir quelques matchs de moins au calendrier ne pourrait pas nuire au développement des joueurs, ça, c’est certain.»