/news/currentevents
Navigation

Mort du PDG de Savoura: une «défaillance» de la balise découverte

Mort du PDG de Savoura: une «défaillance» de la balise découverte
Photomontage TVA Nouvelles, Martin Chevalier et Facebook

Coup d'oeil sur cet article

Dans le cadre de son enquête sur l’écrasement d’hélicoptère qui a coûté la vie au PDG de Savoura Stéphane Roy et à son fils Justin dans les Laurentides en juillet dernier, le Bureau de la sécurité des transports du Canada a relevé que la radiobalise de repérage d’urgence de leur appareil présentait un problème. La radiobalise est un dispositif qui permet aux autorités de retrouver plus facilement un appareil accidenté.  

• À lire aussi: Stéphane Roy et son fils retrouvés sans vie  

• À lire aussi: La radiobalise de l’hélicoptère du PDG de Savoura était désactivée  

Cette radiobalise de marque Kannad, fabriquée par Orolia, était en arrêt (off) au lieu d’être allumée lorsque l’appareil, 14 jours après sa disparition, a été retrouvé. La radiobalise était toutefois en bon état. À la suite de tests effectués sur cet instrument, le BST a noté qu’en cas d’impact, l’interrupteur de la radiobalise peut basculer en position arrêt, ce qui la rend inutile.  

Si tel est le cas, «les opérations de recherche et sauvetage d’un aéronef porté disparu peuvent être retardées, ce qui diminue par le fait même les chances de survie des occupants», a observé le BST dans un communiqué diffusé jeudi. Rappelons qu’aucun signal provenant de la balise d’urgence n’avait été reçu pendant les deux semaines qu'ont duré les recherches pour retrouver l’hélicoptère de M. Roy.  

Mort du PDG de Savoura: une «défaillance» de la balise découverte
Photo Courtoisie / BST

Butées brisées  

Plus précisément, le problème présenté par la radiobalise concerne les butées de verrouillage qui permettent à l’interrupteur de rester en place. Ces butées, dans le dispositif dont était équipé l’hélicoptère qui s’est écrasé, étaient brisées, et ce, depuis un certain temps.  

L’organisme fédéral soutient que ce bris n’avait pas été détecté lors de la certification de l’instrument, effectuée par un organisme de maintenance trois mois avant l'accident.  

Le BST demande donc que les procédures d’inspection des radiobalises «soient révisées afin qu’une telle défaillance puisse être détectée et corrigée».  

Il y aurait 65 000 radiobalises Kannad sur le marché, selon le site internet d’Orolia.  

L'été dernier, aux commandes de son hélicoptère Robinson R44, Stéphane Roy et son fils adolescent s’étaient envolés de leur chalet des Hautes-Laurentides en direction de Sainte-Sophie. L’appareil est tombé à environ 90 km de l’endroit où il avait décollé. M. Roy suivait le tracé prévu dans son plan de vol.  

Roy et son fils ont été trouvés sans vie le 25 juillet près du lac Valtrie, au nord du parc national du Mont-Tremblant, au terme d’intenses recherches.