/sports/hockey/remparts
Navigation

Rumeurs en Suisse: Québec avant la Suisse pour Cole Cormier

Cole Cormier
PHOTO D'ARCHIVES, ANNIE T. ROUSSEL Cole Cormier

Coup d'oeil sur cet article

Une journée après la parution d’un article en Suisse révélant que l’attaquant Cole Cormier songeait à amorcer sa carrière professionnelle dans ce pays d’ici deux saisons, le principal intéressé a mis le couvercle sur la marmite, jeudi.  

Cormier a été clair à l’issue de l’entraînement des siens : il n’est pas question pour lui de mettre un terme prématurément à son stage junior pour faire le saut en Europe.  

Le reportage du quotidien 20 Minutes citait le jeune homme de 17 ans, qui a appris à patiner en Suisse lorsque son père, Derek, y poursuivait sa carrière de hockeyeur, par rapport à son désir de se joindre aux professionnels « peut-être pas la saison prochaine, mais dans 18 mois ». Or, pour le Néo-Brunswickois né en Allemagne, il n’en est rien. 

«En fait, on s’est mal compris là-dessus. Je ne vais pas en Suisse [...] J’ai simplement dit que si ça ne marche pas avec la LNH, je vais considérer l’Europe comme une option plus tard dans la vie. Mais ce n’est pas maintenant. Ce sera après mon parcours junior. Je veux être un Rempart et je veux gagner avec les Remparts», a-t-il assuré au représentant du Journal.  

Dossier clos 

Cormier a d’ailleurs senti le besoin de s’expliquer auprès de son entraîneur Patrick Roy après avoir consulté l’article sur Internet. Le grand patron des opérations hockey des Diables rouges, qui a acquis Cormier de l’Océanic de Rimouski à la dernière période des échanges, est rapidement passé à autre chose. 

«J’ai parlé avec son agent et avec Cole, qui est venu me voir hier [mercredi] et il était mal à l’aise. En ce qui me concerne, le dossier est clos et je ne suis nullement inquiet», a répondu Roy.  

En 20 rencontres depuis son arrivée dans la Vieille Capitale, Cormier, admissible au prochain repêchage de la LNH, revendique une fiche de quatre buts et 10 mentions d’aide, pour 14 points.