/news/politics
Navigation

Utilisation de fonds fédéraux pour contester la loi sur la laïcité: pas question, dit Jean-François Roberge

Le ministre de l'Éducation, Jean-François Roberge
Photo Simon Clark Le ministre de l'Éducation, Jean-François Roberge

Coup d'oeil sur cet article

Le ministre Jean-François Roberge oppose une fin de non-recevoir à la Commission scolaire English Montréal, qui demandait la permission de se servir de fonds fédéraux pour contester la Loi sur la laïcité.  

English-Montréal a réussi à obtenir 125 000$ d’un programme fédéral pour attaquer devant les tribunaux la Loi 21 qui interdit aux employés de l’État en position d’autorité et aux enseignants d’arborer un signe religieux.   

Devant le tollé suscité par cette décision, la commission scolaire avait annoncé jeudi dernier qu’elle renonçait à la cagnotte fédérale.  

Changement de cap cette semaine. English Montréal a fait une demande en bonne et due forme au gouvernement Legault de pouvoir toucher l'argent provenant du Programme fédéral de contestation judiciaire.  

«Tout ce que la CSEM souhaite, c'est d’être autorisée à se prévaloir de toutes les sources de financement à la disposition de tous les groupes minoritaires afin que ses contestations constitutionnelles puissent être entendues et jugées devant un tribunal québécois», a fait valoir jeudi l’organisation par communiqué.  

Mis au courant de cette demande, le ministre de l’Éducation a aussitôt refusé que la commission scolaire puisse utiliser l’argent du fédéral. «Ce sera non», a répondu Jean-François Roberge sur son fil twitter.  

«Il serait tout simplement saugrenu d’autoriser que des fonds fédéraux soient utilisés pour contester les lois dûment votées par les élus de l’Assemblée nationale du Québec», a précisé son cabinet.  

Son personnel n’a pas manqué de rappeler que la Commission scolaire English Montréal a déjà «gaspillé» plus de 370 000$ d’argent des contribuables québécois pour s’attaquer à la Loi 21. «Autant d’argent qui aurait dû aller dans les services aux élèves. C’est honteux», a-t-on insisté.  

Rappelons que ce sujet a provoqué des tiraillements entre François Legault et Justin Trudeau.  

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.