/qubradio
Navigation

Guy Nantel interpellé par Alice Paquet

Coup d'oeil sur cet article

L’humoriste Guy Nantel, qui veut devenir chef du Parti québécois, a été interpellé vendredi par la femme qui avait dit en 2016 avoir été agressée sexuellement par un député de l’Assemblée nationale, et sur laquelle il avait fait des blagues dans un spectacle l’année suivante.  

«La première chose que je me suis dit [quand j’ai appris qu’il confirmait sa candidature], c’est que je vais avoir à voir son visage partout; ça ne me tente pas», a dit Alice Paquet en entrevue avec Geneviève Pettersen à l’émission Les Effrontées sur QUB radio.          

La jeune femme, qui a fait la manchette après avoir dénoncé l’ancien député libéral Gerry Sklavounos — qui n’a finalement pas fait l’objet d’accusations de la part du Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) —, a rappelé qu’elle n’était pas « dans une bonne passe » lorsqu’elle a appris que Guy Nantel allait parler de son agression dans son spectacle. Elle a ajouté qu’elle était hospitalisée et qu’elle avait souffert d’un choc post-traumatique après sa dénonciation de l’ancien élu de la circonscription de Laurier-Dorion.          

«Ça n’a pas aidé à ma cause, disons.»          

Alice Paquet dit se questionner «sur les intentions d’un homme [Guy Nantel] qui dit rire de tout le monde “égal”, comme si les groupes les plus précaires ou les plus marginalisés de notre société avaient les mêmes outils et les mêmes possibilités que lui pour se défendre. Et, je ne les avais pas».          

Elle a dit au microphone de Geneviève Pettersen que Guy Nantel, sous le thème du consentement, avait fait référence à elle comme «la fille qui a couché avec le ministre libéral». «Je lui avais écrit dans un statut : “je n’ai pas couché avec lui : il m’a violée”, a souligné Alice Paquet, ajoutant qu’elle avait trouvé difficile de faire parler d’elle à nouveau “après avoir passé la dernière année à me faire traîner dans la boue pour toutes sortes de raisons”. “Là, ça recommençait. J’étais épuisée.”»    

Capture d'écran, QUB Radio

Selon elle, on peut se questionner : «si M. Nantel veut se présenter en politique, il va falloir nécessairement qu’il travaille avec des groupes communautaires, comme [ceux qui défendent les droits des travailleuses du sexe] ou les CALACS (Centres d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel), et je ne pense pas qu’il soit le bienvenu dans ces communautés-là [...] par rapport au type de blagues qu’il a faites.»          

Le 1er novembre 2017, Guy Nantel avait écrit sur son compte Facebook qu’il avait appris qu’Alice Paquet n’était pas «heureuse que son histoire se retrouve dans un spectacle d’humour». «Tout le monde qui fait preuve d’un minimum d’intelligence est assez raisonnable pour comprendre qu’on est dans la fiction, dans le personnage, dans la caricature, dans le second, voire le troisième degré», avait écrit l’humoriste.          

“Ses prouesses caricaturales m’ont fait mal”, a dit Alice Paquet sur QUB radio. “J’ai passé un mois à me coucher le soir et à entendre le monde rire dans ma tête [...] j’entendais des salles pleines rire.”          

Elle a expliqué par ailleurs qu’elle a reçu “tellement de haine” après le début de son spectacle, ce qui a nui à son processus de guérison.          

«Je ne vois pas comment une personne comme ça peut diriger un parti politique... il ne faut pas avoir de compassion.»     

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions