/sports/opinion/columnists
Navigation

Le CH frappé de plein fouet par la réalité

HKN-HKO-SPO-MONTREAL-CANADIENS-V-BOSTON-BRUINS
Photo AFP Brad Marchand n’a pas été réprimandé pour son dardage à l’endroit de Jeff Petry, mercredi. Ce geste est pourtant passible d’une pénalité majeure et d’une inconduite de match.

Coup d'oeil sur cet article

Même si on savait que le Canadien ne l’aurait pas facile l’autre soir à Boston, la réalité a frappé comme une tonne de briques. Non seulement les Bruins lui ont-ils démontré leur grande supériorité, ils se sont permis des libertés à l’endroit des joueurs du Tricolore.

Brad Marchand a dardé Jeff Petry dans les parties, geste passible d’une pénalité majeure et d’une inconduite de match. Mais les arbitres ne l’ont pas vu. Marchand a écopé de deux pénalités mineures, l’une pour avoir cinglé et l’autre pour rudesse. 

Petry a été chassé lui aussi pour rudesse pour s’être bagarré avec Marchand. 

Zdeno Chara a appliqué, quant à lui, un double échec à la gorge de Brendan Gallagher, le seul joueur du Canadien qui a combattu du début à la fin dans la défaite. Il a écopé d’une pénalité mineure pour son infraction tandis que Gallagher était chassé pour rudesse.

Geste délibéré

Au moins, la Ligue nationale n’a pas jugé que le géant des Bruins n’a pas été désavantagé par la petite taille de Gallagher. L’expérimenté défenseur savait très bien ce qu’il faisait quand il a levé son bâton à deux mains pour frapper le joueur du Canadien. 

Le comité de sécurité de la Ligue nationale a imposé au colosse des Bruins une amende de 5000 $, le maximum permis par l’Association des joueurs.

Allô sécurité !

Par contre, aucun joueur du Canadien ne s’est porté à la défense de leurs deux coéquipiers rudoyés.

Dur à regarder

Pour le reste, les Bruins ont fait ce qu’ils devaient faire. Ils ont joué avec l’instinct du tueur contre une équipe manquant de talent et de hargne. Les inconditionnels du Canadien ont dû avoir mal à leur CH en assistant à cette débâcle.

L’absence de Shea Weber s’est fait sentir. C’est dans un match comme celui-là qu’un joueur comme lui peut mettre de l’ordre. On peut penser qu’il se serait occupé de Marchand après que la petite peste des Bruins eut sonné les cloches de Petry.

En contrepartie, on ne pouvait qu’admirer Gallagher pour son implication de tous les instants. Il s’est tiraillé avec Chara toute la soirée. 

Parfois, on souhaiterait qu’il fasse plus de six pieds et plus de 200 livres avec le même cœur au ventre. Il en ferait des ravages.

Capitaine sans la lettre

Gallagher a tout d’un capitaine, sans avoir le « C » cousu à son chandail. Il faut remercier Vaughn Karpan, ancien recruteur de l’organisation qui l’avait chaudement recommandé à la direction au repêchage de 2010. 

Karpan a quitté le Canadien en 2016 pour se joindre aux Golden Knights de Vegas à titre de directeur du personnel des joueurs. 

Repêché au cinquième tour (147e), Gallagher occupe le 10e rang pour le nombre de points (328) parmi les 106 joueurs de cette cuvée qui évoluent ou qui ont joué dans la LNH.

Les joueurs qui le précèdent sont pratiquement tous des choix de première ronde. Les joueurs de cette catégorie sont : Tyler Seguin (626 points), Taylor Hall (556), Jeff Skinner (461), Ryan Johansen (437), Vladimir Tarasenko (428), Evgeny Kuznetsov (383) et Jaden Schwartz (351).

Mark Stone, qui a été sélectionné au sixième tour, vient au huitième rang avec 375 points, suivi de Schwartz (351), lui aussi un choix de première ronde.

Vient ensuite Gallagher.

Quel avenir l’attend ?

Malheureusement pour lui, il a beau se désâmer, le Canadien n’arrive à rien. Je serais curieux de connaître le fond de sa pensée sur la situation qui prévaut chez le Tricolore et comment il entrevoit l’avenir.

La perte de Weber a de quoi inquiéter, même si on sait maintenant que sa carrière n’est pas en péril. Par contre, il est devenu un athlète fragile. Il avait manqué quasiment l’équivalent d’une saison (79 matchs ratés) au cours des deux dernières années avant de tomber à nouveau au combat la semaine dernière.

Sa condition ne s’améliorera probablement pas avec le poids des années. Il aura 35 ans en août.

Carey Price célébrera pour sa part son 33e anniversaire de naissance et un certain temps s’écoulera avant que la prochaine vague d’espoirs de l’organisation exerce un impact au sein du grand club.

Gallagher sera au début de la trentaine, toujours animé par ce grand désir de vaincre, certes, mais un peu usé.

Vous pourriez avoir encore mal longtemps à votre CH.