/entertainment/celebrities
Navigation

L’entraîneur des stars

Alex Doré et Maripier Morin
Photo Anne-Lovely Étienne

Coup d'oeil sur cet article

Derrière la perte de poids impressionnante de l’humoriste Phil Roy et la pêche d’enfer de l’animatrice Maripier Morin, qui a remporté une compétition de culture physique en bikini, l’an dernier, se cache Alex Doré, le kinésiologue que les vedettes s’arrachent.

Récemment, il a travaillé avec Émily Bégin, Jean-Philippe Dion, Léane Labrèche-Dor, Philippe-Audrey Larrue-St-Jacques et Louis-José Houde, entre autres. « Il s’entraîne fort ! », dit-il au sujet de ce dernier. « Vous seriez surpris à quel point. »

S’il n’aime pas qu’on le surnomme l’entraîneur des stars, un terme qu’il trouve prétentieux, force est de constater que nombre de ses clients sont dans le bottin de l’Union des artistes. 

« Je ne suis pas juste l’entraîneur des stars ! J’ai aussi entraîné des athlètes de haut niveau : des joueurs des Alouettes, des joueurs de hockey de tous les niveaux, des athlètes de patinage artistique et des joueurs au niveau collégial », fait-il valoir, assis à son bureau du Gym du Plateau.

C’est également lui qui a guidé Samuel Finn, l’homme qui a enregistré un nouveau record Guinness en effectuant 5234 burpees, en novembre dernier. 

Des débuts en athlétisme

Originaire du Saguenay–Lac-Saint-Jean, Alex Doré a commencé sa carrière dans le monde de l’athlétisme.

« À 19 ans, j’ai pratiqué l’athlétisme et puis on m’a demandé de m’occuper des gens qui faisaient de la course. C’est là que j’ai vraiment commencé à entraîner des gens. Là, ça fait maintenant près de 23 ans que j’entraîne des gens », explique l’entraîneur de 43 ans. 

C’est sa rencontre avec Étienne Boulay, ancien joueur des Alouettes de Montréal, qui lui a permis de développer cette fameuse clientèle. 

« Ça fait quand même des années qu’on se connaît. Etienne est un peu plus jeune que moi. À la fin des années 90, début des années 2000, je jouais au football aussi, et on s’entraînait dans le même club, durant l’été. On voyait le petit blanc qui courait vite ! Je suis devenu par la suite son entraîneur », raconte-t-il. 

Aujourd’hui, les deux hommes sont de bons amis.