/lifestyle/pleinsfeuxsurquebec
Navigation

Mafia Inc. : un polar de gangsters bien québécois

Marc-André Grondin
Photo courtoisie Marc-André Grondin

Coup d'oeil sur cet article

C’est aujourd’hui que le très attendu film Mafia Inc. prend l’affiche. Guerres familiales, vengeances et trahisons, meurtres et règlements de compte... Tous les ingrédients d’un bon film de gangsters y sont réunis pour offrir un bon polar, façon québécoise. Inspiré du livre Mafia Inc., des journalistes André Cédilot et André Noël, le film relate les tensions qui se sont installées entre la famille de Vincent « Vince » Gamache et les Paternò, famille mafieuse d’origine sicilienne installée à Montréal.

Marie-Christine a rencontré Marc-André Grondin, qui incarne Vince. Il s’est dit très heureux de pouvoir jouer ce rôle différent de ceux auxquels il est souvent associé. « Généralement, on m’approche pour des rôles qui subissent les événements et qui le vivent à l’intérieur, qui sont passagers. Là, il [PODZ] me proposait un personnage qui crée, qui est dans l’action, avec couches émotionnelles vraiment intéressantes et bien de l’action aussi », a-t-il expliqué. 

Elle s’est aussi entretenue avec PODZ, le réalisateur. Il a entre autres parlé de la façon dont on juge parfois sans connaître le parcours des gens. « Il y a de l’émotion. Ce sont tous des êtres humains qui vivent quelque chose, a-t-il dit. Et aujourd’hui, on condamne vite les gens, les cultures, les sociétés. Il y a l’anonymat des réseaux sociaux et je pense qu’on fait ça un peu trop rapidement. Je pense qu’on ferait mieux de comprendre et de voir d’où viennent les personnes, comment elles se sentent. » 

Il a aussi souligné que la mafia, le crime, la corruption font aussi partie des réalités québécoises. « Ça fait partie de notre culture, de qui ont est. Oui, on est le terroir, OK, on l’a dit et exploré en masse. Mais on est autre chose : on est la modernité, on est le crime, on est la police, on est la corruption, on est les bonnes œuvres, on est la politique. On est tout ça et il est temps qu’on aborde ces sujets un peu plus frontalement. » 

En salle dès aujourd’hui.