/news/provincial
Navigation

[PHOTOS] L’Électro frette du Carnaval porte bien son nom

Les carnavaleux ont surmonté une température ressentie de –30 degrés pour festoyer

La DJ québécoise Shieldie a lancé les festivités sur la rue Jacques-Parizeau.
Photo Didier Debusschère La DJ québécoise Shieldie a lancé les festivités sur la rue Jacques-Parizeau.

Coup d'oeil sur cet article

Il fallait être courageux, vendredi soir, pour assister aux représentations des cinq femmes DJ de l’Électro frette du Carnaval. Malgré un froid polaire, les artistes ont réussi à « connecter » avec les gens du public et à les faire bouger au rythme de leurs morceaux.  

Décidément, le Carnaval de Québec a le sens du « timing ». Après avoir lancé les festivités le jour de la plus grosse tempête hivernale de l’année, vendredi dernier, le festival a tenu vendredi la deuxième édition de l’Électro frette, sous une température ressentie de – 30.

« C’est comme si c’était prémonitoire ! » lance la directrice générale du Carnaval, Mélanie Raymond, en entrevue au Journal. C’est une belle preuve que lorsqu’on a quelque chose d’intéressant à offrir, même s’il fait « frette », les gens sont au rendez-vous.

Foyers au propane, câlins en amoureux, danses énergiques ou la fameuse ponce du Carnaval, toutes les idées étaient bonnes pour trouver un peu de chaleur.

Il fallait être bien habillé, vendredi, pour profiter pleinement de l’Électro frette.
Photo Didier Debusschère
Il fallait être bien habillé, vendredi, pour profiter pleinement de l’Électro frette.

Le froid glacial n’a toutefois pas empêché les festivaliers de profiter du spectacle et d’avoir du plaisir.

« On passe vraiment une bonne soirée. Et de toute façon, il fait tellement chaud quand on bouge comme ça qu’on ne ressent pas le froid », affirme Christine Bay, entre deux pas de danse.

De son côté, même s’il avoue passer un très bon moment, Jérémy Jamin n’aurait pas été contre un peu plus de chaleur. « Je dois rester près du foyer pour ne pas que ma bière gèle ! » lâche-t-il en riant.

Foule clairsemée en début de soirée

Si la foule était plutôt clairsemée au début de l’événement, vers 18 h, elle s’est tranquillement densifiée au fil de la soirée. Mais ce n’est qu’à l’arrivée de la Parisienne Lady Style et de l’Ukrainienne Juicy M qu’une masse de monde s’est formée.

La DJ québécoise Shieldie a lancé les festivités sur la rue Jacques-Parizeau.
Photo Didier Debusschère

Rappelons que les Québécoises Shieldie et Ryan Playground, ainsi que l’Américaine Kendoll, ont tour à tour amorcé le spectacle.

« Ça s’est très bien passé »

Bien qu’elle craignait que « la boîte » dans laquelle elle se trouvait, sur la scène, crée une distance avec la foule, la DJ montréalaise Ryan Playground a constaté qu’il n’en était rien.

« J’ai joué quelques fois à l’Igloofest, à Montréal. Alors par expérience, j’avais peur que ça ne connecte pas avec le monde. Mais finalement, ça s’est très bien passé », explique-t-elle au terme de sa prestation.

La foule était plutôt clairsemée en début de soirée, mais s’est densifiée avec l’arrivée des DJ internationales.
Photo Didier Debusschère
La foule était plutôt clairsemée en début de soirée, mais s’est densifiée avec l’arrivée des DJ internationales.

D’ailleurs, elle avoue qu’elle n’aurait pas été surprise de voir des spectateurs rentrer à l’intérieur par un froid pareil.  

« Si j’avais été l’un d’eux et que j’avais trouvé ça poche [le spectacle], je serais rentré. Alors de voir qu’ils étaient nombreux à l’extérieur pour m’écouter, c’était super! »