/news/currentevents
Navigation

Professeur accusé de voyeurisme: l'enquête s'étend à l'école où Louis Robichaud enseignait

Bloc justice
Photo d'archives, Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

SAGUENAY – L'enquête policière sur le professeur Louis Robichaud s'étend à l'école de Saguenay où il travaillait.  

Même si la direction scolaire ne croit pas qu'il y ait eu du voyeurisme ou de l'écoute électronique à l'école, la police ne veut courir aucun risque.   

Mandat en main, des enquêteurs du Service de police de Saguenay se sont rendus à l'École secondaire régionale Riverside de l’arrondissement de Jonquière, cette semaine.   

«Nos enquêteurs se sont présentés sur les lieux du travail du suspect, jeudi, pour faire certaines vérifications», a confirmé le porte-parole du Service de police de Saguenay Luc Tardif.   

«On ne se ferme aucune porte dans ces vérifications-là, a-t-il poursuivi. C'est un dossier qui va demander beaucoup de temps, qui est assez volumineux et complexe. Il y a beaucoup de personnes à rencontrer là-dedans. Il y a encore des éléments que l'on doit corroborer.»   

Entre-temps, le professeur de 38 ans est suspendu de l'école.   

Dans une lettre envoyée aux parents, lundi, le directeur écrit que «M. Robichaud a été libéré de ses fonctions de l'école... qu'il le restera jusqu'à ce que les procédures judiciaires soient terminées et qu'une décision ait été rendue par le tribunal et par la commission scolaire».   

La missive se veut aussi rassurante. «Nous n'avons aucune raison de croire que des activités de voyeurisme ou d'écoute électronique ont eu lieu à l'École secondaire régionale Riverside, car aucun élément de cette nature n'a été porté à notre attention.»   

L'école conseille aux parents d'aborder le sujet avec leur enfant. «Si votre enfant a été témoin ou victime d'activités en rapport avec la nature des allégations, il est important qu'il se sente totalement à l'aise et en sécurité pour se confier et vous en informer, ou encore en informer l'administration de l'école. Les informations qu'ils nous partageront resteront confidentielles».   

Depuis mardi, des professionnels sont disponibles pour les élèves et le personnel qui ressentiraient le besoin de parler ou de partager des informations.   

«Il est de la plus haute importance que chaque élève comprenne que nous sommes là pour eux et que leur bien-être et leur sécurité au sein de l'école sont notre priorité», indique le document de l’école.   

Une autre lettre a aussi été envoyée aux parents de l'École primaire régionale Riverside.   

La Commission scolaire Central Québec ne fera aucun autre commentaire relativement aux informations contenues dans cette lettre. Elle ne veut pas risquer de nuire à l'enquête en cours.   

Louis Robichaud aurait installé deux caméras de surveillance dans des salles de bain de résidences privées, dont une chez lui. La police aurait aussi retrouvé des centaines de fichiers de pornographie juvénile dans son ordinateur résidentiel.   

En plus de chefs de voyeurisme et de possession de pornographie juvénile, il est également accusé d'avoir intercepté des communications en ayant piraté le téléphone d'une amie.