/sports/hockey
Navigation

Quatre buts... dans une cause perdante

Quatre buts... dans une cause perdante
AFP

Coup d'oeil sur cet article

L’attaquant des Blues de St. Louis Zach Sanford a connu le match d’une vie, jeudi soir, face aux Golden Knights, en inscrivant pas moins de quatre buts. Ces efforts n’ont toutefois pas été récompensés, puisque les siens se sont inclinés 6 à 5 en prolongation, à Vegas. 

«Il a été incroyable lors de cette partie. Le meilleur joueur des deux équipes», a vanté l’entraîneur-chef Craig Berube au quotidien St. Louis Post-Dispatch. 

«C’était fantastique», a ajouté Ryan O’Reilly, l’un des compagnons de trio de Sanford. «Il a pris ce match en main et il a marqué de gros buts pour nous. Ce n’est pas facile à faire dans cette ligue.» 

Le premier tour du chapeau de la carrière de Sanford est également le premier match de quatre buts par un joueur des Blues depuis David Backes, en 2015. 

Peu habitués aux éloges de la sorte ainsi qu’aux moments forts de la soirée, l’ailier gauche connaît les meilleurs moments de sa jeune carrière. Le joueur de 25 ans compte huit buts et 13 points à ses neuf dernières rencontres; des statistiques impressionnantes pour celui qui est loin d’être l’attaquant le plus en vue à St. Louis. 

Devant la cage de la formation du Missouri, Jordan Binnington a fait face à 52 lancers, bloquant 46 d’entre eux. «On a été trop généreux, a ajouté O’Reilly. On a rendu la tâche difficile à “Binner”. Nous sommes meilleurs que ça habituellement. »

C’est peut-être déjà l’effet de l’absence de Jay Bouwmeester, véritable pilier du désavantage numérique. C’est le premier match de la formation sans le défenseur depuis que celui-ci a dû être réanimé après avoir subi un arrêt cardiaque, mardi. 

En hommage à son père 

Chez les Blues, c’est le moment de l’année où les pères des joueurs voyagent avec l’équipe et sont témoins des exploits de leurs fils. Sanford, lui, a perdu son père en septembre 2018, lors du camp d’entraînement de son équipe. C’est Brett Glendye, un ami de longue date du hockeyeur, qui a eu la chance de prendre la route. 

«J’espère qu’il a eu du plaisir, a mentionné Sanford. Mais c’est un dur revers. Je suis content qu’il ait été là pour se réjouir avec moi. [...] C’est certain que j’aurais aimé qu’il [mon père] soit là, mais je suis certain qu’il m’a regardé d’en haut et qu’il m’a aidé un peu aussi.»