/misc
Navigation

S'armer pour prier

S'armer pour prier

Coup d'oeil sur cet article

Si beaucoup d’Américains souhaitent protéger leur droit de posséder et d’utiliser une arme, d’autres souhaiteraient qu’on légifère pour mieux encadrer l’accès aux armes. Cependant ces derniers s’en procurent malgré leurs convictions parce qu’ils craignent pour leur sécurité.  

Une fusillade dans une église du Texas en 2017 (Sutherland Springs, 26 victimes) a soulevé bien des inquiétudes au sein des petites communautés. Les croyants se sentent habituellement en sécurité dans les lieux de culte, mais ce serait de moins en moins le cas. Plutôt que d’attendre en vain d’éventuelles législations et un meilleur encadrement de l’accès aux armes, les communautés préfèrent faire appel à des firmes de sécurité.      

Dans un article du Washington Post de ce matin, on raconte le véritable carnage qui s’est déroulé dans la petite localité du Texas. Le récit donne froid dans le dos et donne presque l’impression que le tout se déroule à une autre époque. Bien avant l’intervention des policiers, ce sont des citoyens armés qui vont poursuivre le tueur et le forcer à s’arrêter. Blessé sévèrement à son tour par ces civils armés, il choisira de s’enlever la vie.      

Cet événement n’est, hélas, pas isolé et le FBI note une hausse de 35% des crimes haineux dirigés contre des croyants et leurs églises. En réaction à ce phénomène, il y a bien eu des modifications législatives, mais pas nécessairement celles auxquelles nous aurions pu nous attendre. Ces changements favorisent plutôt une augmentation des ventes d’armes, un accès plus facile. Pour se protéger, pas d’autres solutions...      

Il est donc maintenant possible d’assister à une cérémonie religieuse dans certains États américains et d’y trouver une forte présence des services de sécurité. De plus, les fidèles peuvent également porter une arme à l’intérieur de l’église. Des experts considèrent que les lieux de culte étaient devenus des cibles trop accessibles pour les tueurs et qu’il n'y avait pas beaucoup d’autres solutions.      

Nous avons toutes et tous lu ou vu des reportages sur la relation particulière qu’entretiennent les Américains avec leurs armes. C’est cependant la première fois que je constate une réaction aussi vive provenant de croyants, un mouvement qui n’est pas isolé. Une fois de plus, la solution ne se trouve pas dans une diminution du nombre d’armes ou dans la sensibilisation, mais bien dans une présence accrue des armes. C’est le plus vieil argument de la NRA qui me revient en tête: «Pour freiner une mauvaise personne avec une arme, il n’y a rien de plus efficace qu’une bonne personne avec une arme.»      

J’ai beaucoup séjourné aux États-Unis et j’ai déjà écrit sur ce blogue que si j’habitais dans les villes et villages de certains États, je me procurerais une arme. Si je comprends le besoin de sécurité, je ne considère cependant pas que cette situation soit normale. Quel pays ou quelle société s’en remet à cette logique à part la société américaine?      

Vous aviez déjà associé la pratique religieuse aux armes à feu? Moi pas. Élevé dans une famille de chasseurs, je ne crains pas la présence des armes à feu. Je ne sens pourtant pas le besoin de m’en procurer une. Le nombre de décès attribuables aux armes se maintient chaque année à un taux effarant, nullement comparable à ceux des autres pays occidentaux. Qu’on trouve de plus en plus d’armes et de gens qui en portent dans les églises ne constitue pas une bonne nouvelle ou un signe que les choses s’améliorent.      

Si l’article du Post vous intéresse, vous cliquez ici.