/sports/hockey
Navigation

Tournoi international pee-wee: quel accueil sera réservé à Eric Lindros?

SPO-MATCH DES MEILLEURS ESPOIRS DE LA LCH
UFC® 2
Photo d'archives, Agence QMI Eric Lindros

Coup d'oeil sur cet article

Eric Lindros renouera avec les amateurs de hockey de la Vieille Capitale pour la première fois depuis qu’il a refusé de se joindre aux Nordiques de Québec en 1991. Et même si près de 30 ans se sont écoulés depuis les événements, la question demeure : quel accueil lui réserveront les gens? 

• À lire aussi: Tournoi international pee-wee: Owen Nolan redécouvre Québec

Lindros procédera à la mise au jeu protocolaire du match des petits Remparts, à 13 h samedi, en compagnie d’un ancien des Fleurdelisés, Owen Nolan. Par la suite, ils se prêteront à une séance de signatures d’autographes et de prises de photos avec les amateurs. 

Encore une fois, le directeur général du Tournoi international de hockey pee-wee, Patrick Dom, a mentionné vendredi avoir confiance que les gens de Québec avaient tourné la page. 

«Ça fait 30 ans! Je m’attends à un accueil génial des gens. Ceux qui n’en sont pas encore revenus, ils n’en reviendront jamais.» 

PAS DE RANCUNES 

Ironiquement, Nolan était dans le camp adverse quand la saga Lindros battait son plein à Québec en 1991. L’année d’avant, c’est lui qui avait été le tout premier choix du repêchage des Nordiques et il venait de conclure sa première saison en carrière dans la LNH. 

Ce dernier a esquissé un sourire quand on lui a demandé de fouiller dans les souvenirs qui lui restent de cette période de l’histoire des Nordiques. 

«C’est certain qu’on aurait aimé avoir un joueur de ce calibre dans notre alignement, mais il s’agissait d’une décision personnelle et je n’ai aucune rancune par rapport à ça. Ce n’était pas de mes affaires. Le hockey est une business et on a eu de très bons joueurs en retour qui ont aidé l’équipe à gagner la coupe Stanley au Colorado», a-t-il mentionné. 

COMME BÉLIVEAU 

Pour l’animateur Ron MacLean, bien qu’il comprenne la frustration de certains amateurs de Québec, la décision d’Eric Lindros a aidé la cause des joueurs de la LNH. 

«Je sais que les gens ne veulent pas nécessairement entendre que les joueurs de la LNH veulent plus d’argent, mais Eric savait qu’il ne serait pas payé à sa juste valeur à l’époque. Il a mené un combat important, un peu comme Jean Béliveau dans les années 50, et c’est lui-même qui l’a dit! Il a pavé la voie pour que les autres joueurs de la LNH soient payés selon ce qu’ils valaient vraiment.»