/news/education
Navigation

Palmarès des cégeps: Dawson, un collège hautement convoité

FD-FUSILLADE COLLÈGE DAWSON
Photo d'archives, Agence QMI Collège Dawson

Coup d'oeil sur cet article

Pour la première fois au Québec, Le Journal publie un tout nouveau classement permettant de comparer la performance des cégeps en termes de diplomation.  


Le collège Dawson à Montréal se démarque par son haut taux de diplomation dans plusieurs programmes.  

• À lire aussi: Consultez notre carte et notre tableau interactifs du palmarès des cégeps  

• À lire aussi: Palmarès des cégeps: tout savoir sur le taux de diplomation  

• À lire aussi: Les cégeps n’ont toujours pas atteint les cibles que Legault avait fixées... il y a 20 ans  

• À lire aussi: Le tour de force du cégep de Sainte-Foy  

Le phénomène s’explique notamment par la forte popularité du réseau collégial de langue anglaise, qui peut ainsi choisir les meilleurs élèves. Près de 40 % des étudiants du Collège Dawson sont francophones. Ils vont autant y chercher l’occasion d’améliorer leur maîtrise de l’anglais que le diplôme et la formation associés à une institution prestigieuse.  

«On a le bonheur de choisir parmi les meilleurs», souligne d’entrée de jeu son directeur général, Richard Filion.  

Bon an mal an, le collège Dawson reçoit trois fois plus de demandes d’admission que de places disponibles, ce qui en fait selon toute vraisemblance le cégep le plus convoité de la province, en plus d’être celui qui accueille le plus grand nombre d’étudiants.    

Seulement 30 % des demandes faites lors du premier tour, au 1er mars, sont acceptées.     

Dans les programmes de sciences, les étudiants arrivent du secondaire avec une moyenne générale particulièrement élevée, souligne M. Filion.     

«Ça prédétermine considérablement les chances de succès et ça rend les profs heureux. Et ils en donnent plus parce qu’ils ont la chance d’être challengés par des étudiants qui sont plus performants. Mais ça ne veut pas dire que la qualité de ce qui se fait ici est supérieure à ce qui se fait ailleurs. Ailleurs, ils ont d’autres défis à affronter.»