/news/provincial
Navigation

La magie opère à nouveau

Bonhomme charme les carnavaleux avec un deuxième défilé haut en couleur

Coup d'oeil sur cet article

Pour une deuxième fois en une semaine, Bonhomme et sa flamboyante suite en ont mis plein les yeux aux carnavaleux réunis en Haute-Ville pour la tenue du second défilé du Carnaval de Québec, samedi soir. 

Ils étaient des dizaines de milliers à s’être massés aux abords de la Grande Allée pour acclamer les chars allégoriques éclectiques de ce format revampé du traditionnel défilé. 

« Ce sont toujours des thématiques différentes. On voit les enfants se régaler de créativité, leur imagination est stimulée. C’est ce qui est plaisant à voir », a témoigné Gabriela Fragoso, qui a fait vivre l’expérience du Carnaval pour la première fois à sa sœur.  

Mis à part certains ajustements sonores, les carnavaleux ont eu droit « à 98 % » au même « beau défilé » que le samedi précédent, selon le directeur artistique Alexis Ferland. 

« On croit à ce concept-là et on le voit, que c’est une formule qui fonctionne », dit-il. 

Symbolique 

« Encore une fois, de nombreux visiteurs des quatre coins du monde assistaient à ce rendez-vous traditionnel. Un signe que les efforts d’internationaliser le Carnaval touchent leur cible, observe la directrice générale, Mélanie Raymond. » 

« Ce qui est le plus facile dans le langage universel, ce sont les arts et la musique. Le défilé a la particularité de se tenir le soir et en hiver. Les gens veulent le vivre et on doit le rendre accessible, tant pour un adulte seul que pour des parents avec des enfants. C’est ça qui est la magie », juge-t-elle. 

Manifestation 

La Centrale des syndicats du Québec (CSQ), qui représente des travailleurs publics de la santé et de l’éducation, a profité du défilé pour se faire voir en marge de négociations syndicales. 

Un contingent de quelques centaines de syndiqués de Montréal, Trois-Rivières et Sherbrooke, notamment, a fait le voyage expressément pour se faire voir pacifiquement parmi les foules, en brandissant des drapeaux. 

« C’est une action de visibilité, pour dire que les négociations commencent, pour que les gens en soient conscients », a fait savoir Luc Marcoux, un employé de soutien du Cégep de Sherbrooke. 

Par ailleurs, la police de Québec n’a rapporté aucun incident en lien avec le défilé samedi soir. Une seule contravention a été décernée pour une infraction à la réglementation municipale.