/weekend
Navigation

Les livres pour sortir de la morosité ordinaire

Michel Rivard
Photo Pierre-Paul Poulin Michel Rivard
Auteur-compositeur-interprète

Coup d'oeil sur cet article

En tournée à travers la province pour présenter le spectacle L’Origine de mes espèces, l’auteur-compositeur-interprète Michel Rivard a aussi tourné quantité de pages dans sa vie. Découvrez ses livres préférés. 

Qu’est-ce que vous trouvez le plus merveilleux, avec les livres ? 

Depuis le plus tendre de mon enfance, les livres ont été mes amis, mes confidents, mes portes d’entrée dans le monde, mes portes de sortie de la morosité ordinaire. J’aime à la fois les livres comme objets, comme présences physiques, et à la fois comme promesses de choses à apprendre, à rêver, à comprendre. J’aime leur odeur, leur poids, leur présence silencieuse et rassurante dans les bibliothèques qui m’entourent et dans mon sac à dos. 

Vous est-il déjà arrivé d’être tellement captivé par un roman que vous avez préféré mettre en veilleuse boulot et obligations pour pouvoir poursuivre votre lecture ?  

Je fonctionne plutôt avec un système de « récompense » : je fais mon travail, je vaque à mes occupations, familiales ou autres, du mieux que je peux... et je me fais cadeau de quelques heures de lecture bien méritées. Ça m’est arrivé récemment avec Blonde de Joyce Carol Oates, une biographie « fictive » de Marilyn--- Monroe que j’ai dévorée... 

Les livres vous ont-ils régulièrement inspiré des paroles de chansons ? 

Tout ce que je lis se loge quelque part dans mon subconscient et finit forcément par influencer mon écriture de chansons. Mais il m’est arrivé de transposer d’une manière directe : Motel Mon Repos, une de mes toutes premières chansons, relate un épisode très précis du roman Salut Galarneau !, de Jacques Godbout. Le retour de Don Quichotte fait bien sûr référence au personnage légendaire de Cervantes... mais je ne l’ai pas encore lu ! Je me le réserve pour mes « vieux jours » (l’année prochaine, peut-être...). 

Vous pouvez nous parler des romans que vous avez particulièrement aimés au cours des dernières années ? 

 

Michel Rivard
Photo courtoisie

Le meurtre du commandeur, d’Haruki Murakami. Comme souvent chez Mura-kami, la ligne est mince entre le réel et le fantastique. Cet écrivain atypique m’entraîne chaque fois dans une aventure étrange au parfum tenace.  

Michel Rivard
Photo courtoisie

Mémoire du feu, d’Eduardo Galeano. Une histoire de l’Amérique du Sud, des légendes de la création jusqu’aux années 1980, racontée dans une langue aussi précise que poétique en centaines de fragments. Une lecture enrichissante et enivrante. 

Michel Rivard
Photo courtoisie

Miss Islande, d’Auður Ava Ólafsdóttir. Depuis le coup de foudre que fut Rosa Candida, je dévore tout ce que cette grande auteure islandaise nous offre : cette fois, le combat d’une jeune femme pour accomplir son destin d’écrivaine dans le Reykjavik des années 1960. Féministe et fier de l’être, ce roman ne peut nous laisser indifférents. 

Michel Rivard
Photo courtoisie

Les villes de papier, de Dominique Fortier. Avec toute la douceur et la délicatesse qu’on lui connaît, Dominique Fortier fait se croiser son parcours personnel et celui de la grande poétesse recluse Emily Dickinson. Une grande réussite, un petit chef-d’œuvre discret. 

Michel Rivard
Photo courtoisie

Toute la lumière que nous ne pouvons voir, d’Anthony Doerr. Un extraordinaire roman historique : les destins croisés de deux enfants, une jeune Française aveugle et un jeune Allemand passionné de radiophonie, sur fond de Seconde Guerre mondiale. Une touche de réalisme magique. 

Et quel a été votre plus récent coup de cœur ?  

Michel Rivard
Photo courtoisie

Le coffret Fleuve qui renferme Le fleuve, Le ciel, L’enfer et La terre, les quatre courts romans autobiographiques de Sylvie Drapeau. La grande comédienne cachait une grande auteure... 

Qu’est-ce que vous comptez absolument lire sous peu ? 

Michel Rivard
Photo courtoisie

Toutes les nouvelles de Joyce Carol Oates, que je viens de découvrir il y a quelques mois et dont l’écriture me renverse. Elle sait tellement décrire l’âme nord-américaine. 

Dans votre bibliothèque, quel est le livre auquel vous tenez le plus ? 

Michel Rivard
Photo courtoisie

L’opéra de la lune, un conte poétique de Jacques Prévert. Ce petit livre m’a été donné en cadeau vers l’âge de trois ans. On me l’a lu et relu, je l’ai lu et relu des centaines de fois. Ma mère l’avait gardé et me l’a remis quelques mois avant sa mort. Un précieux objet et un texte intemporel. 

Et quel est le dernier que vous y avez glissé ?  

L’apparition du chevreuil, d’Élise Turcotte. Un drame familial dramatiquement déconstruit par la plume habile de cette auteure que je découvre enfin. 


Nous tenons à remercier de sa précieuse collaboration toute l’équipe de la librairie Le Port de tête, où la photo de Michel Rivard a été prise.