/weekend
Navigation

L’inquiétude de Dan Bigras disparaît

Dan Bigras
Photo courtoisie, Sébastien Dion Dan Bigras

Coup d'oeil sur cet article

Dan Bigras est en pleine forme. Les risques que le cancer qui l’a frappé revienne le hanter sont de moins en moins élevés.  

«Ça se passe bien. Je ne suis pas vraiment inquiet», a-t-il confié lors d’un entretien. 

L’auteur, compositeur et interprète est en rémission depuis juillet 2018. 

«J’ai passé mon test de deux ans et ça va très très bien. Mon oncologue m’a expliqué que 81 % des cas de rechute sont arrivés à l’intérieur de deux ans. Ça va bien et je me retrouve maintenant dans les très petits pourcentages de rechute. Je ne suis pas vraiment inquiet», a fait savoir l’artiste de 62 ans. 

Il a même repris l’entraînement afin de retrouver la forme qu’il avait perdue en raison de la maladie. Il s’entraîne, chez lui, en frappant sur un sac d’entraînement de boxe. 

«Il y a un petit détail que j’avais oublié. Je me suis rendu compte que j’avais vieilli. Je vais devoir faire encore un peu de sac avant d’aller au dojo faire des entraînements de quatre rondes avec des chums. C’est mon orgueil qui parle», a-t-il confié en riant.  

Énergie 

Dan Bigras a passé deux jours au Théâtre Petit-Champlain, la semaine dernière, pour enregistrer son 14e album devant public. 

Un opus sur lequel on retrouvera ses succès et aussi quatre nouvelles chansons. Des titres qui sont plus blues et qui s’approchent de ce qu’il a fait durant 18 ans, dans les bars, avec la formation Heavy Feather. 

L’idée de faire un enregistrement en spectacle a commencé à prendre forme il y a trois ans, avec les concerts qu’il a donnés avec le batteur Louis Gagné, le bassiste Jean-François Déry et la violoniste Andrée-Anne Tremblay.  

«Habituellement, sur mes disques, je joue de tous les instruments, mais avec eux, il y a une énergie du sacrament. C’est quelque chose d’indescriptible et c’est pour cette raison que j’ai décidé d’enregistrer un album en spectacle. Ça rocke et c’était important d’immortaliser tout ça sur un album», a expliqué Dan Bigras.  

Une folie 

Il a choisi d’enregistrer le tout au Théâtre Petit-Champlain en raison de l’ambiance qui est présente lorsqu’il joue dans cette petite salle de spectacle de la Vieille Capitale. 

«Je ne sais pas ce qui se passe. Il y a une folie qui pogne là à chaque fois qu’on y va. Il y a deux endroits où c’est plus fou que d’habitude, soit à la salle Odyssée à Gatineau et au Petit-Champlain. J’ai commencé à Québec et il y a aussi un attachement particulier pour cette raison», a-t-il dit. 

Ce nouvel album, selon ses souhaits, devrait être lancé à la mi-avril.  

Après les films qu’il a réalisés, ses rôles à la télé et au cinéma, les projets de narration et l’animation à la radio, Dan Bigras est d’abord et avant tout un musicien.  

«J’aime faire toutes sortes d’affaires et j’ai du plaisir à faire toutes ces choses, mais la musique et le blues, c’est ma base. Je dois toujours y retourner. Je suis un ostie de musicien et c’est ce que je suis à la base. C’est mon identité», a-t-il déclaré, avec toute la couleur qu’on lui connaît.  


Dan Bigras sera de retour à Québec le 5 novembre 2020 au Centre d’art La Chapelle et le 22 janvier 2020 au Théâtre Petit-Champlain. Les dates de ses spectacles sont en ligne sur danbigras.com et sur sa page Facebook.