/news/transports
Navigation

Nouveaux forages pour le tunnel Québec-Lévis

Il s’agit d’une nouvelle série de sondages en quelques mois

Voici la carte du « territoire d’intervention » telle que publiée hier dans le document de l’appel d’offres du ministère des Transports du Québec.
Illustration courtoisie Voici la carte du « territoire d’intervention » telle que publiée hier dans le document de l’appel d’offres du ministère des Transports du Québec.

Coup d'oeil sur cet article

Le ministère des Transports du Québec (MTQ) vient de commander de nouvelles études géotechniques pour le projet de tunnel Québec-Lévis. Cela dit, le territoire d’intervention visé est tellement large qu’il est impossible de définir, pour le moment, le tracé précis du futur troisième lien.  

C’est du moins ce qu’on constate à la lecture d’un appel d’offres publié vendredi. Le gouvernement du Québec dit vouloir réaliser «des forages et sondages terrestres et marins ainsi que la caractérisation des sols et du roc en place» pour le mégaprojet.   

Les entreprises spécialisées ont jusqu’au 16 mars pour déposer leurs soumissions et le contrat sera d’une durée de trois ans.   

Dans le document publié, une carte du «territoire d’intervention» est visible. On remarque d’emblée la large portée de cette zone.   

Elle peut concerner le nouveau tracé privilégié qui relie les deux centres-villes de Québec et de Lévis. Mais elle peut tout autant correspondre à l’ancien tracé, plus à l’est, qui relie les autoroutes 20 et 40, via la pointe de l’île d’Orléans.   

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

 

Forages «complémentaires»  

Vendredi, Émilie Lord, porte-parole du MTQ, a fait savoir que les données à recueillir «sont nécessaires à la poursuite des études en cours et serviront éventuellement à la préparation des prochaines étapes. Ces forages sont complémentaires à ceux réalisés l’an dernier. Le ministère souhaite amorcer ces études dès cet été.»   

L’automne dernier, le MTQ avait fait réaliser une série de forages pour mieux connaître les sols du tracé du troisième lien. Quatre ont été effectués à Lévis, un à l’île d’Orléans et un à Québec.    

«On veut connaître la qualité du roc. On va envoyer des ondes dans le sol et on va regarder comment les ondes se propagent autour des forages», avait précisé le porte-parole Guillaume Paradis à ce moment-là.    

Jusqu’à 100 mètres de profondeur  

Dans les données techniques de l’appel d’offres de vendredi, on mentionne que la profondeur des forages et des sondages peut aller jusqu’à 100 mètres.   

Aussi, «le prestataire de services doit réaliser la caractérisation des sols et du roc en place, notamment par la réalisation des essais de terrain et de laboratoire requis», précise-t-on.   

Pour les forages, l’entreprise sélectionnée devra «choisir l’endroit le moins dommageable pour le cours d’eau et sa bande riveraine [...] Aucun arbre ou résidu ne doit être laissé dans un cours d’eau, lac ou toutes autres étendues d’eau [...] Aucun arbre ne peut être coupé sans avoir obtenu les autorisations nécessaires».