/opinion/blogs/columnists
Navigation

Alice Paquet vs Guy Nantel: le malaise

Alice Paquet vs Guy Nantel: le malaise

Alice Paquet vs Guy Nantel: le malaise
Capture d'écran, QUB Radio

Coup d'oeil sur cet article

J’ai de très nombreux malaises avec la sortie récente d’Alice Paquet contre la candidature de Guy Nantel au PQ.   

Premier malaise : Notre responsabilité comme journaliste, c’est de nous en tenir aux faits.  

Or, le fait est que lorsqu’Alice Paquet a affirmé avoir été agressée sexuellement par un député libéral, le DPCP, après enquête de la police a déclaré : « Aucun acte criminel n’a été commis ». Pas «On n’a pas assez de preuves ». Pas «On n’est pas trop sûr de notre affaire».   

Non, c’est écrit noir sur blanc : « Aucun acte criminel n’a été commis ».   

À partir de là, il n’est pas question de dire « Je crois les femmes » ou «On doit se montrer solidaire des femmes ».   

Ne trouveriez-vous pas absurde quelqu’un qui vous dirait : « Par solidarité masculine, chaque fois qu’un homme va affirmer être innocent de ce dont on l’accuse, je vais #croireleshommes » ?   

J’aimerais aussi rappeler toutes les contradictions dans le témoignage de Mme Paquet, disant une chose le mardi et son contraire le mercredi. Voici mon blogue de l’époque à ce sujet: https://www.journaldemontreal.com/2016/10/22/alice-quelle-version-croire et un autre sur le même sujet https://www.journaldemontreal.com/2016/10/25/etes-vous-serieuses-mesdames  

Dans un cas comme celui-là, quelle crédibilité accorder à ses allégations ? Il suffit qu’une femme se lève et pointe du doigt un individu X et on doit la croire sur parole ? Et quand tout le dispositif policier et juridique mis en place dans un État de droit arrive en bout de ligne avec un « Aucun acte criminel n’a été commis », on devrait rejeter ça du revers de la main... juste parce que la plaigante est ... une femme ? Cette attitude de certaines féministes, je l'avais dénoncée à l'époque sur mon blogue https://www.journaldemontreal.com/2017/02/10/sklavounos--le-derapage  

Deuxième malaise : Alice Paquet affirme que la première chose qu’elle s’est dite quand elle a su que Guy Nantel se lançait dans la course à la chefferie, c’est : « Je vais avoir à voir son visage partout; ça ne me tente pas ».  

Excusez-moi de formuler la question ainsi, mais est-ce que Mme Paquet ne confond pas deux agresseurs ? Si le député libéral se présentait à une campagne maintenant, à la rigueur on pourrait la comprendre de ne pas vouloir voir sa face placardée sur les murs. Mais en faisant cette déclaration, c’est comme si elle voyait Nantel comme un agresseur.  

Ce qui me mène à mon troisième malaise.  

Troisième malaise : Guy Nantel, dans un spectacle d’HUMOUR, a fait un sketch au complet sur le consentement.   

J’aimerais rappeler ce que Guy Nantel avait écrit sur Facebook, au moment de la sortie d’Alice Paquet : « Elle omet par la même occasion de mentionner toutes les phrases dans lesquelles je dénonce les agresseurs sexuels et que je leur souhaite de croupir en prison. Elle n'a pas cru bon non plus rapporter toutes les blagues faites sur les Rozon, Salvail, Gilles Parent et cie. Évidemment, cela aurait desservi son propos. Malgré le fait que Madame Paquet, souhaite vivement me dépeindre comme un mononque sexiste issu des années 50, une brute qui se fiche du fait que des femmes se fassent violer, il importe de spécifier que j'ai été le deuxième humoriste (après Guillaume Wagner) à faire une sortie publique dans les médias pour dénoncer les gestes ignobles de Gilbert Rozon et que j'ai vivement critiqué Lise Payette pour son intervention honteuse dans le dossier Michel Venne. Mais ça non plus elle n'en a pas parlé. »  

  

Quatrième malaise : Si Mme Paquet affirme qu’elle entend le soir en se couchant des salles pleines rire d’elles, en quoi est-ce la responsabilité de Nantel ?   

À ce compte-là, on va blâmer les caricaturistes parce que les politiciens, les gens d’affaires, les vedettes qui sont « victimes » de leurs coups de crayon dorment moins bien la nuit. À moins que les blagues/caricatures soient diffamatoires ou haineuses, (en quel cas les personnes visées sont en droit de poursuivre), ça fait partie de la liberté d’expression des artistes.  

Enfin cinquième et dernier malaise : Mme Paquet se dit victime du député libéral, victime de Guy Nantel, victime des médias sociaux, victime des médias. Elle déplore qu’on l’ait ramenée sous les projecteurs en parlant d’elle (sans la nommer) dans un spectacle d’humour. Or que fait-elle ? Elle se met sous les projecteurs pour rappeler à tout le monde cette histoire qu’on avait tous oubliée.   

Je suis perplexe. On ne peut pas à la fois dire : « C’est effrayant, il a parlé de moi, il n’a pas d’affaire à faire ça » et dire « Il se lance en politique, et moins de 24 h plus tard, je vais vous dire ce que je pense de lui ».   

AJOUT:

Je me permets de rajouter un sixième malaise: Mme Paquet affirme que Guy Nantel "attaque les femmes voilées" ce qui est tout simplement faux. Nantel n'"attaque" pas une religion, il rit de toutes les religions. D'ailleurs au lancement de son spectacle, où il était entouré de "la propriétaire d'un pitbull, une personne âgée, un Noir, un juif, une femme voilée, une Femen, une étudiante avec son carré rouge..." il avait déclaré : "Je revendique le droit de me moquer de tous ces gens-là, de tous les groupes dans la population, parce que le droit le plus fondamental à l'égalité dans une société est d'avoir des humoristes qui font des blagues sur vous. Parce que le jour où on arrêtera de se moquer de vous, sous prétexte que vous êtes trop faible, eh bien ça, c'est du mépris extrême créé par une société indifférente aux autres et qui masque son dédain dans la fausse gentillesse et la rectitude politique."