/misc
Navigation

Armes d'assaut: on échoue à les interdire en Virginie

Armes d'assaut: on échoue à les interdire en Virginie

Coup d'oeil sur cet article

Le sujet du contrôle de la vente d’armes aux États-Unis revient constamment dans l’actualité politique américaine. Cette fois, il s’invitait en Virginie où les démocrates ont effectué des gains importants lors des plus récentes élections. 

Longtemps considérée comme un État conservateur, la Virginie a beaucoup changé depuis quelques années. État limitrophe de la capitale nationale, il accueille de plus en plus de gens qui quittent Washington, D.C. pour s’y établir. Cette croissance démographique s’accompagne d’un changement d’allégeance politique. 

Washington, D.C. est un véritable bastion démocrate et il ne faut pas s’étonner si les nouveaux arrivants en Virginie contribuent à diminuer l’impact des circonscriptions plus conservatrices lors des élections. Non seulement la Virginie penche maintenant du côté démocrate lors de la présidentielle, mais sur le plan local, le gouverneur et la majorité des deux chambres du Congrès sont maintenant démocrates. 

Après leur victoire lors des dernières élections en Virginie, les démocrates ont proposé une série de mesures qui visaient à mieux contrôler la vente et la possession d’armes. Misant sur les retombées de la tuerie de Virginia Beach (mai 2019), ils croyaient avoir de très bonnes chances d’imposer leur vision. 

Voici quelques exemples des mesures poussées par les démocrates: interdiction de vendre des armes d’assaut, renforcement de la vérification des antécédents judiciaires, interdiction des chargeurs de plus de 10 cartouches, saisie d’armes d’individus considérés comme dangereux, limiter le nombre d’achats d’armes par mois pour un individu ou encore l’obligation pour un propriétaire de rapporter aux autorités le vol d’une arme. 

Ces mesures n’avaient donc rien de bien révolutionnaire, certaines relevant même de la prudence la plus élémentaire. Si on s’attendait à une résistance farouche des républicains, les démocrates croyaient être suffisamment nombreux à appuyer la législation pour offrir un bon contrepoids à la résistance de l’opposition. 

La logique a été respectée puisque le gouverneur démocrate et la Chambre ont rapidement donné leur appui. La surprise est plutôt venue du Sénat où trois démocrates ont fait défection. Au grand dam de leurs collègues, ils ont invoqué le manque de précision des mesures pour en repousser l’adoption. On devine que les électeurs de leurs circonscriptions leur auraient éventuellement fait payer le prix d’un soutien à un contrôle accru de la vente et de la possession d’armes. Comme quoi les éléments les plus conservateurs de l'État n'ont pas dit leur dernier mot. 

Voilà donc un autre projet qui pourrait bien ne jamais voir le jour. Sous prétexte que Dieu leur a accordé ce droit divin de posséder des armes, les opposants permettent ainsi la libre circulation des armes d’assaut.  

Qui a besoin de ce type d’arme dans la vie de tous les jours? Là n’est pas la question, nous répondrait-on. Autre pays, autres mœurs.