/news/education
Navigation

«C’est assez» le bénévolat, dénoncent des enseignants

Des enseignants excédés interpellent le gouvernement Legault dans un manifeste

Anne Provencher
Photo Pierre-Paul Poulin Geneviève Gaulin, Danny Langevin et Anne Provencher, enseignants au secondaire dans des écoles publiques, ont rédigé un manifeste pour exprimer leur ras-le-bol et exiger des changements majeurs en éducation.

Coup d'oeil sur cet article

Des profs profitent du début des négociations avec le gouvernement Legault pour présenter, sur la place publique, un manifeste basé sur des centaines de témoignages d’enseignants qui lancent un «cri du cœur» et réclament des changements majeurs en éducation.  

Anne Provencher enseigne le français dans une école secondaire publique de Montréal depuis 17 ans. Même si elle est toujours «passionnée» par cette profession qu’elle adore, il y a quelque chose qui s’est brisé en elle il y a deux ans, à la rentrée, raconte-t-elle.    

Lors d’une rencontre visant à définir sa tâche d’enseignante en début d’année, on lui a fait comprendre que le temps consacré au suivi de ses jeunes ayant des difficultés d’apprentissage – le tiers de ses élèves – ne pouvait être officiellement inscrit dans sa tâche d’enseignante, déjà trop remplie. Concrètement, on lui demandait, encore une fois, de faire encore plus de bénévolat.    

«Il y a comme un élastique qui a pété en dedans de moi. Là, je me suis dit : non, c’est assez», lance cette enseignante d’expérience, «tannée» de se sentir «impuissante» devant les besoins grandissants de ses élèves, malgré de nombreuses heures de travail non rémunérées.    

Initiative indépendante  

Puisque Mme Provencher n’est pas du genre à «chialer pour chialer», elle a décidé, après avoir réuni des collègues, de rédiger un manifeste, avec l’aide de trois autres enseignants.    

Bien qu’elle ait reçu l’appui de son syndicat local dans cette démarche, l’enseignante précise qu’il s’agit d’une initiative «totalement indépendante» et qu’elle-même n’a jamais été déléguée syndicale.    

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

 Des centaines de témoignages  

Pendant des mois, plus de 300 témoignages d’enseignants provenant des quatre coins du Québec ont été recueillis. Ces «cris du cœur» ont mené à une déclaration écrite «qui reflète extrêmement bien ce qu’on vit», affirme Mme Provencher.    

Le manifeste est jusqu’à maintenant approuvé par plus de 5300 enseignants et citoyens, qui réclament davantage de services pour les élèves, une moins grande concentration des jeunes en difficulté en classe et de meilleures conditions de travail pour les profs, qui n’en peuvent plus de faire du bénévolat. 

  • À VOIR AUSSI : Dans la peau d'une prof suppléante

Mme Provencher a bien l’intention de remettre cette déclaration en main propre au ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge.     

Invité à réagir à ce manifeste, le ministre a indiqué, par le biais de son attaché de presse, ne pas vouloir faire de négociation sur la place publique. L’objectif global est «d’améliorer les conditions d’enseignement, et donc la réussite» des élèves, a précisé Francis Bouchard.    

De son côté, Anne Provencher espère «toucher les gens pour qu’on se réveille» collectivement, dit-elle : «Ce n’est pas de maternelles 4 ans dont on a besoin ou d’un projet de loi pour changer les commissions scolaires. Il y a tellement des besoins plus criants. C’est épouvantable de revenir chez nous, le soir, en sachant que certains de nos élèves ont besoin d’aide et qu’on n’est pas capable de leur donner.»    

DES EXTRAITS DU MANIFESTE    

  • Nous exigeons un nombre limité d’élèves en difficulté d’apprentissage et/ou de comportement dans notre classe ;    
  • Nous exigeons un service de soutien qui répond entièrement aux besoins des élèves ;    
  • Nous exigeons que le temps que nous passons à planifier, à enseigner et à corriger soit reconnu selon notre contexte d’enseignement et notre discipline ;    
  • Nous exigeons que toutes les tâches autres que planifier, enseigner et corriger soient reconnues en temps réel ;        

► Consultez le manifeste en ligne à l’adresse suivante : https://manifestedesenseignants.com/