/entertainment/tv
Navigation

Deux costauds docu-réalités débarquent sur MOI ET CIE

Deux costauds docu-réalités débarquent sur MOI ET CIE
Photo Agence QMI, MARIO BEAUREGARD

Coup d'oeil sur cet article

Une fois de plus, la chaîne MOI ET CIE frappe fort avec deux productions originales attendues cette semaine. Au cœur des intrigantes nouveautés «Première ligne: chaque seconde compte» et «Survivalistes», on trouve un élément primordial: l’importance d’une vie humaine.

Alors que la première braque enfin les projecteurs sur les employés de trois centrales 911 au Québec et les enjeux capitaux liés à leurs délicates interventions, la deuxième s’intéresse à des gens qui s’affairent à tout mettre en œuvre pour faire face à un événement majeur.

Des appels tout sauf reposants

 

Deux costauds docu-réalités débarquent sur MOI ET CIE
MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

 

Il ne faut pas plus d’un épisode de «Première ligne: chaque seconde compte» pour pénétrer pleinement dans le quotidien professionnel chargé des intervenants des centrales 911 de Laval, Québec et Sherbrooke. En quelques instants à peine, on comprend que ceux qui reçoivent les appels – plus de quatre millions par année! – sont bien plus que de simples téléphonistes.

En une vingtaine de minutes, on vit la détresse d’une femme dont le conjoint de 82 ans s’est étouffé, on se questionne sur un message trouble émanant d’un hôpital, on apprend qu’un homme serait victime d’extorsion d’une mineure dans une histoire de photos nues et on comprend que la tête d’un jeune enfant est prisonnière d’un bol en plastique. Bref, un menu chargé.

Les cas sont marquants, le travail effectué aussi. Le choix des mots est capital, tout comme la gestion du stress. «Il ne faut pas être dans l’émotion, il faut être dans l’opérationnel», dit avec justesse Annie Blais, une employée de Sherbrooke comptant 14 ans de service.

Et si catastrophe il y avait?

 

Deux costauds docu-réalités débarquent sur MOI ET CIE
MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

 

«Survivalistes» plonge quant à elle les téléspectateurs dans l’éventualité où les choses pourraient drastiquement basculer. Ils sont nombreux – plus qu’on pense – au Québec à s’appeler ainsi ou à se qualifier d’«autonomistes». Panne d’électricité majeure, tempête solaire, inondation, cataclysme... ils sont prêts à parer à tout «bris de normalité».

Curieux, Patrice Godin part à leur rencontre en se questionnant habilement sur leurs motivations et leurs besoins de voir plus loin que le moment présent. Les gens qu’il présente veulent être capables de s’abriter, se réchauffer, traiter l’eau et se nourrir convenablement, peu importe la saison ou la condition de la planète.

Avec cette incursion, l’équipe partage habilement plusieurs visions de cette nécessité de penser à sa survie. Or, il n’y a pas d’extrémistes ou de radicaux dans le groupe, car on est loin d’un «freak show». L’implication la plus marquante est celle, assure-t-on, d’un dénommé Bruce qui veut répondre présent si on doit reconstruire la société. Sous terre, il a construit de véritables bunkers.

«Première ligne: chaque seconde compte» sera diffusée dès mardi à 22 h. «Survivalistes» prendra l’antenne mercredi à 19 h 30. Les séries auront chacune droit à cinq rediffusions par semaine.