/lifestyle/books
Navigation

En harmonie avec la nature

Josée-Anne Sarazin-Côté
Photo courtoisie, Bianca Des Jardins Josée-Anne Sarazin-Côté Le grand livre du féminin sacré Photo © Bianca Des Jardins

Coup d'oeil sur cet article

Cherchant des façons de se sentir vraiment bien à l’intérieur d’elle-même, la Québécoise Josée-Anne Sarazin-Côté s’est intéressée de près au côté féminin de la spiritualité à travers les âges et les cultures, cherchant des pistes et de bonnes idées. Dans son nouveau livre, Le Grand Livre du féminin sacré, elle propose aux femmes différentes manières de se reconnecter pour être en harmonie avec la nature. Dans son ouvrage, déjà paru en France, Josée-Anne explique que les femmes ont longtemps vécu en harmonie avec la nature. 

Le Grand livre du féminin sacré,

Josée-Anne Sarazin-Côté,

Éditions Marabout,

224 pages
Photo courtoisie,Editions Marabout
Le Grand livre du féminin sacré, Josée-Anne Sarazin-Côté, Éditions Marabout, 224 pages

Elle partage ses visions personnelles sur le sujet. Elle montre aussi comment, pendant des milliers d’années, les femmes ont su être à l’écoute de leur intuition, entretenir des liens avec le monde invisible, veiller sur l’équilibre entre les hommes et les femmes.

Elle rappelle que cela s’est gâché au cours des derniers siècles et que le savoir féminin a été oublié, nié, bafoué, notamment pendant la grande chasse aux sorcières de l’Inquisition.

Reconquérir leur puissance

Josée-Anne est d’avis que les femmes doivent reconquérir leur puissance pour se sentir complètement bien et vibrer en harmonie avec la nature.

« Quand j’ai commencé mon parcours dans tout ce qui est sur le plan plus spirituel et sur le plan du développement personnel, mon cheminement s’est fait à un rythme super doux. À un moment donné, j’ai réalisé qu’il me manquait encore quelque chose. J’ai eu une enfance et une adolescence très “masculines”, comme beaucoup de femmes dans notre société : j’ai toujours été une athlète, super compétitive, axée sur la performance, go-go-go, on cherche à aller toujours plus loin, toujours plus vite », commente-t-elle.

La naissance de sa fille a été pour elle un grand vecteur de changement. « Ça m’a ramenée dans ce qui est vraiment important. Ça m’a forcée à ralentir le rythme. En ayant le temps, j’ai commencé à faire tous les liens entre la nature, les saisons, le cycle menstruel, le cycle lunaire, et à m’ouvrir à l’ésotérisme, à la spiritualité et au développement personnel. »

Rythme naturel différent

Elle fait remarquer que le rythme naturel d’une femme et celui d’un homme sont bien différents.

« Un homme fonctionne sur un cycle de 24 heures et une femme fonctionne sur un cycle qui est en moyenne de 28 jours. Évidemment, pour les femmes, essayer d’entrer dans le moule ou le rythme masculin, ça va complètement à l’encontre du rythme naturel. 

« C’est aux femmes de passer par-dessus leurs états d’âme, leur niveau d’énergie, leur motivation, pour essayer d’être dans une société qui demande une espèce de constance. Il faut donner notre 100 % tous les jours. Il faut être performant tous les jours. Alors que le rythme d’une femme, ce n’est pas ça. C’est croissant, c’est décroissant. Prendre soin de nous pour reprendre notre énergie, actuellement, ce n’est pas du tout ce qu’on fait dans notre société. »

Josée-Anne ajoute que la méditation, par exemple, l’a beaucoup aidée à gérer son anxiété et l’a rendue beaucoup plus calme. Elle recommande aussi d’être attentive à son cycle menstruel et de surveiller les cycles lunaires. « Ça m’a permis de beaucoup plus respecter mon énergie personnelle. »

Le grand secret, ajoute-t-elle, est de cesser de chercher des réponses à l’extérieur de soi. « On est dans une période où les femmes se réveillent, mais pas pour suivre des gourous ou suivre quelque chose de révolutionnaire. C’est vraiment pour se ramener à elles-mêmes. »