/news/education
Navigation

Le succès scolaire passe aussi par les employeurs

Sept patrons sur dix accordent une grande importance à la réussite des jeunes, selon un sondage

Maryse Gagnon
Photo Roger Gagnon Propriétaire d’un dépanneur au Lac-Saint-Jean, Maryse Gagnon prend le temps de rencontrer ses employés de façon individuelle tous les deux mois. Elle met tout en œuvre pour accommoder ses jeunes employés comme Maxim Côté.

Coup d'oeil sur cet article

Un nouveau sondage démontre que la majorité des employeurs considèrent que le succès scolaire de leurs jeunes employés est une priorité, mais du chemin reste encore à parcourir pour assurer cette réussite. Pourtant, les moyens d’aider les jeunes sont nombreux et peu contraignants.  

Présenté dans le cadre des Journées de la persévérance scolaire, le sondage Léger lève le voile sur le rôle important que les employeurs jouent dans la réussite de leurs jeunes employés étudiants.  

On y apprend que 69% des patrons accordent une grande importance à la réussite des jeunes. Ces résultats viennent un peu plus d’un mois après la publication d’un dossier du Journal sur la place grandissante des jeunes sur le marché du travail. Plusieurs y soulevaient l’importance d’une saine conciliation pour garder l’équilibre.  

«Assurément qu’il y a du travail à faire pour faire connaître ce rôle-là, mais on estime qu’il y a du progrès qui est fait», estime Audrey McKinnon, directrice de la campagne des Journées de la persévérance scolaire, ajoutant que parfois, il est suffisant de juste prendre le temps de s’intéresser à ces jeunes.  

Choisir de s’adapter  

La propriétaire d’un dépanneur du Lac-Saint-Jean est un bel exemple de l’impact que peut avoir une saine relation employeur-employé.   

Maryse Gagnon a choisi de s’adapter à ses employés et de prendre le temps de s’intéresser à ce qui leur arrive. Des rencontres individuelles faites tous les deux mois avec ses employés sont le secret pour elle.   

«Ça leur offre une zone pour échanger avec moi sur ce qu’ils vivent dans leurs études, leur travail, leur vie personnelle. Ça prend 15 minutes, mais ça permet de fixer toutes les sphères de la vie», explique la propriétaire du Dépanneur Métabetchouan.  

Selon le sondage, des gestes aussi simples qu’encourager les jeunes et les questionner sur leur avenir auraient un impact. La gestion des horaires et des disponibilités fait aussi une différence.   

«Ce n’est pas toujours facile. Les horaires sont complexes avec leurs activités, mais c’est essentiel si je veux que le reste aille bien», souligne Mme Gagnon qui rappelle que le rôle de l’employeur demeure d’aider ses jeunes à se développer.  

«Mon but n’est pas qu’ils fassent un BAC en dépanneur et qu’ils prennent leur retraite ici. Je veux les outiller, les aider à trouver leur voie.»  

Intérêt pour les entreprises  

Avec 17% de la main-d’œuvre totale dans le commerce de détail qui est en même temps aux études, les employeurs de ce domaine ont tout intérêt à s’intéresser au phénomène, croit l’organisme Détail Québec. Surtout dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre.  

«Il y a des gains à long terme pour les entreprises aussi. Quand on sait que le bouche-à-oreille est encore la meilleure méthode de recrutement aujourd’hui dans le domaine, le mot se passe sur les employeurs de choix», assure Manuel Champagne, directeur général du comité sectoriel de main d’œuvre du commerce de détail.  

Les grands gagnants de ces bonnes pratiques seront cependant toujours les jeunes.   

«Souvent, les gens ne savent pas que de simples gestes ont un grand impact sur la persévérance de nos jeunes», rappelle Audrey McKinnon.   

Les Journées de la persévérance scolaire se dérouleront partout en province cette semaine. Le porte-parole des activités est le footballeur et médecin Laurent Duvernay-Tardif.  

Les données marquantes du sondage   

  • 69% des entreprises considèrent comme très importante la réussite scolaire de leurs employés.    
  • 57% considèrent avoir un rôle important à jouer dans la réussite des jeunes.     
  • 31% prennent systématiquement le temps de les encourager à persévérer.    
  • 29% considèrent très facile d’encourager les jeunes à terminer leurs études.       

Des moyens à mettre en place pour favoriser la persévérance scolaire   

  • S’assurer des disponibilités avant la confection de l’horaire  
  • Flexibilité en période d’examen  
  • S’informer sur les aspirations des jeunes employés, sur leur plan d’avenir  
  • Encourager directement les jeunes dans leurs réussites  
  • Mettre en place des programmes de bourses d’études