/entertainment/movies
Navigation

Sébastien Pilote a trouvé sa Maria Chapdelaine

Sarah Montpetit
Photo Agence QMI, Toma Iczkovits Sarah Montpetit

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – Maria Chapdelaine revivra à nouveau au cinéma, sous les traits de la comédienne et militante Sara Montpetit. Sébastien Pilote amorcera ce vendredi, au Lac-Saint-Jean, le tournage du film qui ressuscitera le mythique personnage et ses trois prétendants. Une ambitieuse production, érigée sur un budget avoisinant les sept millions $.

«On s’est mis de bons défis sur les épaules, a reconnu en entrevue le producteur Pierre Even, d’Item 7, conscient de s’attaquer à un monument. On va essayer de faire du mieux qu’on peut, avec les moyens qu’on a. Pour l’instant, l’important, c’est de se plonger dans le travail.»

Quatrième adaptation

Avec sa version de «Maria Chapdelaine», Sébastien Pilote («Le vendeur», «Le démantèlement», «La disparition des lucioles») signera la quatrième adaptation au cinéma du célèbre roman de Louis Hémon, après les relectures de Julien Duvivier (1934), Marc Allégret (1950) et Gilles Carle (1983). Cette dernière proposition mettait en vedette Carole Laure.

Sébastien Pilote
Photo Agence QMI, Toma Iczkovits
Sébastien Pilote

La transposition du réalisateur sera la première de «Maria Chapdelaine» entièrement filmée au Lac-Saint-Jean, région de naissance de l’histoire, et coin natal du cinéaste également.

À 16 ans, grandissant sur une terre aux abords de la rivière Péribonka dans le Québec rural de 1910, dans une famille de défricheurs, Maria Chapdelaine est l’objet du désir de trois hommes : le coureur des bois François Paradis (Émile Schneider, vu dans «Embrasse-moi comme tu m’aimes»), le riche Lorenzo Surprenant (Robert Naylor), qui lui promet de l’emmener vivre aux États-Unis, et le modeste fermier Eutrope Gagnon (Antoine Olivier Pilon), propriétaire du lot de colonisation voisin des Chapdelaine.

Sébastien Ricard, Hélène Florent,  Robert Naylor, Sarah Montpetit, Antoine-Olivier Pilon et Émile Schneider
Photo Agence QMI, Toma Iczkovits
Sébastien Ricard, Hélène Florent, Robert Naylor, Sarah Montpetit, Antoine-Olivier Pilon et Émile Schneider

Sébastien Ricard et Hélène Florent personnifieront Samuel et Laura Chapdelaine, les vaillants parents de Maria. Gilbert Sicotte (Éphrem Surprenant), Gabriel Arcand (le docteur), Danny Gilmore (le curé), Martin Dubreuil (Edwige Légaré) et Henri Picard (Esdras), entre autres, complèteront le tableau.

Sébastien Ricard, Sarah Montpetit et Hélène Florent
Photo Agence QMI, Toma Iczkovits
Sébastien Ricard, Sarah Montpetit et Hélène Florent

Parfaite Maria

La production avait procédé au moyen d’auditions ouvertes, dans les derniers mois, pour dénicher la comédienne parfaite pour jouer le rôle de Maria Chapdelaine. Mille trois cents aspirantes d’environ 16 à 22 ans, en provenance de partout, ont répondu à l’appel.

Sara Montpetit, 18 ans, qui n’a pas l'expérience de jeu à l’extérieur du cadre scolaire, s’est imposée après plusieurs tests. Le public a déjà entendu parler d’elle pour son implication écologique, elle qui est porte-parole du mouvement «Pour le futur», qui cherche à conscientiser la population sur la question environnementale.

Sarah Montpetit
Photo Agence QMI, Toma Iczkovits
Sarah Montpetit

«Pour moi, c’était ma Maria, a mentionné Sébastien Pilote. Elle a la tenue et le port de tête qu’il faut; ses parents sont professeurs de danse, elle se tient toujours droite. C’est une jeune fille très intelligente. Elle a une photogénie, une aisance devant la caméra qui est exceptionnelle. Elle a un naturel, quelque chose du non-jeu. J’aime le fait qu’elle ne joue pas à l’actrice.»

«Je me concentre sur Maria comme sur n’importe quel autre personnage que je pourrais jouer, a renchéri Sara Montpetit. Je trouve que c’est une fille très simple, qui est confrontée à des choix, à un devoir.»

Plus vrai que vrai

On ne lésinera sur aucun élément pour rendre plus vraie que vraie cette transposition du chef-d’œuvre littéraire de Louis Hémon, premier «best-seller» québécois, écrit en 1913, écoulé à plus de 20 millions d’exemplaires en plus de 150 éditions et 25 langues.

L’équipe technique du long métrage comprend des professionnels comme Francesca Chamberland («Les pays d’en haut»), aux costumes, et Jean Babin («Nos étés», «La chasse-galerie»), à la direction artistique, habiles dans les reconstitutions historiques à l’écran jusque dans le menu détail.

Sarah Montpetit
Photo Agence QMI, Toma Iczkovits

Les costumes de «Maria Chapdelaine», des robes aux «bottes à beu», seront conçus avec les matériaux utilisés pour les vêtements de l’époque. Les images seront captées entièrement en nature, à Normandin, aux abords de la rivière Métabetchouane, au Lac-Saint-Jean, dans la neige de février et les champs de bleuets en août. Sébastien Pilote souhaitait planter sa caméra dans de véritables cabanes en bois rond et les forêts d’épinettes qui lui sont chères, et non en studio.

Déjà, ce week-end, plus de 550 personnes ont tenté leur chance pour décrocher un rôle de figurant, dans l’église ou au camp de bûcheron.

Fille de son temps

Sébastien Pilote a affirmé, en conférence de presse, lundi, vouloir élargir ses projecteurs sur toute la famille Chapdelaine, et non pas focaliser essentiellement, comme d’autres moutures l’ont fait, sur la romance entre Maria Chapdelaine et François Paradis.

«Ma Maria Chapdelaine est une fille de son temps, a-t-il argué. Son vrai dilemme n’est pas de choisir entre trois hommes, c’est de partir ou rester. L’idée n’est pas de la moderniser. J’ai déjà abordé beaucoup de thèmes du roman, de manière frontale ou détournée, dans mes autres films: les notions de tradition, du devoir, les relations filiales...»

Sarah Montpetit
Photo Agence QMI, Toma Iczkovits

Le réalisateur se fait aussi un devoir de redonner son âge réel au légendaire personnage, souvent dépeint comme une femme accomplie.

«Toutes les interprètes qui l’ont jouée avaient plus de 30 ans», a-t-il fait remarquer.

Il ne se gêne pas non plus pour décrier le fait que la trame de «Maria Chapdelaine» ait jadis été récupérée par une certaine droite catholique.

«Pour moi, c’était un peu ingrat, et c’est une injustice que je vais essayer de réparer. Je ne pense pas que Louis Hémon était du côté de la droite», a signalé Sébastien Pilote.

«Maria Chapdelaine» pourrait prendre l’affiche à Noël 2020, mais la date de sortie en salle officielle demeure à confirmer.