/sports/others
Navigation

Surf des neiges: Laurie Blouin à la maison pour recharger ses batteries

Après son triomphe à Calgary, la planchiste fait une pause dans sa saison de compétition

À sa descente d’avion lundi, à Québec, Laurie Blouin était fière de montrer sa médaille d’or acquise en fin de semaine dernière à la Coupe du monde de surf des neiges, à Calgary.
Photo Roby St-Gelais À sa descente d’avion lundi, à Québec, Laurie Blouin était fière de montrer sa médaille d’or acquise en fin de semaine dernière à la Coupe du monde de surf des neiges, à Calgary.

Coup d'oeil sur cet article

Malgré trois nouvelles médailles ajoutées à sa collection au cours des dernières semaines, la planchiste Laurie Blouin reste toujours aussi humble. Si sa victoire en Coupe du monde de surf des neiges dimanche, à Calgary, l’a ravie au plus haut point, la Québécoise s’est surtout une fois de plus amusée comme une gamine en piste.  

• À lire aussi: Coupe du monde de surf des neiges: Laurie Blouin remporte l’or  

Au lendemain de cette médaille d’or remportée à l’épreuve de slopestyle au Parc national olympique, l’athlète de Stoneham, exténuée à la suite de retards dans ses vols, a retrouvé les siens pour la première fois depuis le 1er janvier.    

À sa descente d’avion lundi, à Québec, Laurie Blouin était fière de montrer sa médaille d’or acquise en fin de semaine dernière à la Coupe du monde de surf des neiges, à Calgary.
Photo Roby St-Gelais

Depuis, elle a mis la main sur l’argent aux prestigieux X Games d’Aspen, au Colorado, et à l’étape de la Coupe du monde de Mammoth Moutain, en Californie. C’est dans cette discipline qu’elle avait été couronnée aux Championnats du monde de Sierra Nevada, en Espagne, en 2017.    

À sa descente d’avion lundi, à Québec, Laurie Blouin était fière de montrer sa médaille d’or acquise en fin de semaine dernière à la Coupe du monde de surf des neiges, à Calgary.
AFP

Assurée de grimper sur la plus haute marche du podium avant sa dernière descente, dimanche, la médaillée d’argent des Jeux de Pyeongchang a tout de même décidé de mettre toute la gomme en finale, terminant avec un score de 79,56 points.      

À sa descente d’avion lundi, à Québec, Laurie Blouin était fière de montrer sa médaille d’or acquise en fin de semaine dernière à la Coupe du monde de surf des neiges, à Calgary.
AFP

«J’avais eu de bonnes pratiques et j’étais confiante de comment je performais. Je restais dans ma tête et je faisais mes affaires. Ça a bien fonctionné. J’avais vraiment envie de faire le dernier saut, qui était un frontside 900, et je me suis dit que je voulais y aller à fond pour le plaisir», a lancé Blouin devant les médias venus l’accueillir.    

Son fidèle ami  

Les médias n’étaient pas les seuls qui voulaient intercepter la championne. La mère de la planchiste, Martine Collin, avait pris soin d’apporter le chien de la médaillée, Fidgi, qui a instantanément fourni une dose d’amour à sa maîtresse quand il l’a vue franchir les portes de l’aire d’arrivée de l’aéroport Jean-Lesage.    

À sa descente d’avion lundi, à Québec, Laurie Blouin était fière de montrer sa médaille d’or acquise en fin de semaine dernière à la Coupe du monde de surf des neiges, à Calgary.
Photo Roby St-Gelais

Blouin profitera de cette brève pause de six jours à la maison pour se ressourcer avant de repartir au Vermont, où elle participera au US Open dès le 26 février.    

«Aller dormir, c’est ce que je vais faire à l’instant! Je vais me reposer, m’entraîner et fêter. Bref, un peu de tout. Je veux en profiter pour décompresser, voir mes amis et ma famille», a confié la jeune femme avec sa tuque vissée sur la tête.     

À sa descente d’avion lundi, à Québec, Laurie Blouin était fière de montrer sa médaille d’or acquise en fin de semaine dernière à la Coupe du monde de surf des neiges, à Calgary.
Photo Roby St-Gelais

Saison satisfaisante  

Blouin, qui avait décroché le bronze au Big Air en Chine en décembre, estime avoir accompli une partie de objectifs qu’elle s’était fixés en début de saison. Les X Games en Norvège, au début du mois de mars, constitueront la dernière compétition importante de sa saison, alors qu’elle foulera sa planche dans ses deux disciplines de prédilection.        

À sa descente d’avion lundi, à Québec, Laurie Blouin était fière de montrer sa médaille d’or acquise en fin de semaine dernière à la Coupe du monde de surf des neiges, à Calgary.
Photo Roby St-Gelais

«J’avais besoin de résultats en slopestyle pour les X Games et je l’ai eu aux X Games, à Aspen, et après, je n’avais pas le choix d’aller à Mammoth parce que c’était déjà planifié. Mais à partir de maintenant, pour [les épreuves] de slopestyle, je vais me calmer un peu pour participer aux plus importantes et prendre du repos», a-t-elle expliqué.    

Avec son fidèle compagnon, pour commencer.  

Pas de retour en vue  

Déçue de la fin du Jamboree  

Pour la première fois depuis qu’elle s’élance en Coupe du monde, Laurie Blouin ne vivra pas l’euphorie de s’exécuter devant le public de sa ville d’ici la fin de la présente saison.  

La disparition du Jamboree et de son épreuve du Big Air à l’îlot Fleurie a chamboulé le calendrier de la Fédération internationale de ski (FIS). Si Blouin a apprécié l’expérience à Calgary pendant la dernière fin de semaine, rien n’égale pour elle la sensation de s’offrir en spectacle devant ses proches et de dormir dans son lit!    

«Oui, ça me déçoit vraiment, car c’est rare que tu peux être à la maison, faire une compétition internationale et retourner dormir dans ton lit. C’est vraiment le fun d’être dans le confort de chez soi.  

«J’aimerais vraiment ça [que ça revienne]. J’en ai parlé et j’ai entendu dire qu’ils travaillaient vraiment fort pour que le Big Air revienne à Québec. Je ne pense pas que le slopestyle va retourner à Stoneham, mais pour le Big Air, ils travaillent fort, car ça attirait beaucoup de gens», a mentionné la jeune femme de 23 ans.  

Pas dans les plans  

Or, selon les informations glanées par Le Journal, il n’y a aucun projet de retour pour cet événement qui est actuellement envisagé.  

La firme Gestev, qui a abandonné le rendez-vous à la fin de l’été dernier par faute de rentabilité, nous a confirmé qu’elle n’avait pas l’intention de le faire renaître de ses cendres.  

Même son de cloche chez Canada Snowboard par l’entremise de l’ancien président de Gestev, Patrice Drouin, qui siège maintenant au conseil d’administration de la fédération nationale.  

«Il n’y a rien à l’étude pour Québec, mais on travaille sur une stratégie à long terme pour l’organisation de courses de Coupe du monde et de championnats nord-américains à travers le pays», a-t-il déclaré.