/news/green
Navigation

Un autre tracé pour le gazoduc Coastal GasLink n’est pas «viable»

Coup d'oeil sur cet article

Le tracé choisi pour faire passer le gazoduc Coastal GasLink par le territoire traditionnel des Wet’suwet’en était le choix le plus viable, a indiqué vendredi son promoteur, TC Energy.  

• À lire aussi: Blocus ferroviaires: Trudeau annule sa visite dans les Caraïbes, réunion d'urgence lundi pour résoudre la crise 

Dans un communiqué publié sur le site internet du projet, l’entreprise a indiqué que le tracé final a été le résultat de plusieurs années d’études et de consultations avec les nations autochtones concernées par le tracé.  

La liaison gazière de 670 km devant relier Dawson Creek, en Colombie-Britannique, à une usine d’exportation à Kitimat, évaluée à 6,6 milliards $, est au cœur des revendications autochtones qui se produisent partout au pays et qui bloquent les voies de chemin de fer.  

De nombreux manifestants et politiciens ont suggéré à l’entreprise de modifier le tracé du gazoduc pour résoudre le conflit, mais TC Energy a refusé de se pencher sur la question.  

Selon eux, la modification du tracé enverrait le gazoduc dans des zones où le diamètre envisagé n’est pas réalisable, et devrait enjamber huit rivières supplémentaires. Les coûts supplémentaires sont estimés entre 600 et 800 millions $, ce qui rendrait le projet moins rentable.  

Coastal GasLink est le fruit de plus de 100 000 heures de travail, afin de «déterminer l’itinéraire le plus viable pour installer notre gazoduc de 48 pouces de diamètre», réalisées avant la demande de certification du projet par le Bureau d’évaluation environnement de la Colombie-Britannique, en 2014.  

La société avait également obtenu l’approbation des conseils de bande élus des Wet’suwet’en et de 20 autres nations impliquées par le projet.  

TC Energy propose comme compromis aux chefs de bande de Wet’suwet’en de déplacer le gazoduc de trois à cinq kilomètres du centre de guérison Unist’ot’en, lieu de contestation principal des manifestants.  

Selon Global News, le Bureau des Wet’suwet’en n’était pas disponible, dimanche, pour commenter la solution proposée par TC Energy. 

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.