/news/health
Navigation

Anesthésiste payé 54 000$ en une semaine: la FMSQ a refusé de revoir la prime, dit la ministre

La ministre de la Santé Danielle McCann
Photo Simon Clark La ministre de la Santé Danielle McCann

Coup d'oeil sur cet article

Les médecins spécialistes ont refusé de réviser la prime pour la surveillance d’un appareil d’oxygénation qui a permis à un anesthésiste d’engranger 54 000$ en une seule semaine, affirme la ministre de la Santé. 

• À lire aussi: Une prime «oxygène» de 54 000$ pour un médecin  

Danielle McCann réagissait au reportage de notre Bureau d’enquête, qui révélait mardi que l’anesthésiste Dr Roupen Hatzakorzian a réclamé près de 8 000$ par jour, même pendant son sommeil, pour surveiller l’appareil d’oxygénation d’un seul patient. «Les Québécois sont choqués de voir ça», convient la ministre. 

Le 18 décembre dernier, dans le cadre des négociations avec la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ) pour réduire leur enveloppe salariale, le gouvernement Legault a présenté une liste de 15 actes médicaux à réévaluer, incluant cette prime «oxygène». «Cette liste-là a été rejetée», a révélé la ministre Danielle McCann en mêlée de presse mardi. 

Pourtant, la présidente de la FMSQ, Diane Francoeur affirmait dans nos pages mardi être pressée de conclure la révision de ce type d’actes médicaux. Invitée à commenter les propos de la ministre, la FMSQ convient «qu'il faut revoir les tarifs associés à cet acte médical». «Mais le plan de travail sommaire proposé le 18 décembre était prématuré et incomplet. La ministre n'avait alors même pas encore signé notre nouvelle entente de rémunération», écrit son directeur des communications, Jacques Tétrault. 

Danielle McCann et la FMSQ soulignent que ce type de primes pourra être revu par l’Institut de la pertinence, qui vise à éliminer des soins inutiles ou à en plafonner le montant. «On a des moyens de tout revoir. Il y a une volonté du côté de la présidente de la FMSQ», a déclaré la ministre. 

Un «abus», selon Barrette 

Mais pour l’ex-ministre de la Santé, Gaétan Barrette, la Régie de l’assurance-maladie du Québec pourrait s’intéresser aux pratiques de facturation de l’anesthésiste en question. «À la lumière de ce que j’ai lu, il y a eu un abus d’utilisation d’un tarif. La RAMQ a tous les pouvoirs pour gérer ça, et la FMSQ a le devoir, elle, de s’assurer que ça ne se produise pas. C’est un tarif qui a été utilisé de façon abusive», a-t-il commenté dans les corridors de l’Assemblée nationale. 

«Comme médecin, je suis encore inscrit au tableau de l’ordre, j’ai toujours honte quand je vois une affaire de même. Ça me met en colère personnellement», ajoute le député libéral. 

Chez Québec solidaire, la cheffe Manon Massé s’est également indignée de voir qu’un médecin spécialiste a pu empocher plus en une semaine qu’un préposé en bénéficiaire en un an. «Il faut arrêter de payer les médecins à l’acte, lance-t-elle. Il faut trouver une autre solution et ça a l’air que ce gouvernement ne l’a pas trouvée.» 

«C’est ridicule», a renchéri le chef intérimaire du Part québécois, Pascal Bérubé. «Manifestement, la dernière négociation n’empêche pas ce genre de folie, ajoute-t-il. Souvenez-vous que [la présidente de la Fédération des médecins spécialistes du Québec] Diane Francoeur a dit, une fois que ça a été fini de négocier: c’est une des plus belles journées de ma vie.» 

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.