/misc
Navigation

Caucus du Nevada: une répétition du fiasco de l'Iowa?

Caucus du Nevada: une répétition du fiasco de l'Iowa?

Coup d'oeil sur cet article

Le parcours d’une élection présidentielle est long, trop long, et parsemé d’embûches. Si Donald Trump est exempté (ou presque, il n’a pas de rival sérieux) de l’exercice cette année, les candidats et candidates à l’investiture démocrate n’en seront qu’à leur troisième rendez-vous samedi.  

Non seulement doit-on garnir sa bourse et faire le plein de partisans, mais il faut aussi se préparer adéquatement aux débats et se soumettre au barrage incessant de questions de journalistes.   

Ce parcours du combattant est bien souvent imprévisible et les surprises proviennent parfois de «tirs amis», comme ce fut le cas lors des caucus de l’Iowa. Personne, à l’exception de Donald Trump, n’est sorti gagnant de cet épisode gênant. Le site POLITICO révélait, lundi, que la situation pourrait se reproduire samedi, au Nevada.  

À l’origine de l’anxiété de certains bénévoles de l’organisation démocrate? Une fois de plus, un manque de préparation lié à l’utilisation de nouvelles technologies. On s’inquiète à la fois de l’efficacité des nouveaux outils et de leur sécurité. Les connexions internet de certains lieux de rencontre seraient plus vulnérables aux tentatives de piratage.  

Comme nous n’en sommes qu’au début de la course et que le Nevada est le premier État à offrir un peu de diversité au sein de sa population, tous les regards seront braqués sur lui. Si on attend une victoire de Bernie Sanders, Joe Biden et Elizabeth Warren se battent déjà pour sauver leur campagne, alors que Pete Buttigieg et Amy Klobuchar veulent poursuivre sur leur lancée.  

Si l’organisation démocrate du Nevada assure avoir la situation bien en mains, des bénévoles ont confié, sous le couvert de l’anonymat, que la répétition générale de samedi dernier avait été catastrophique. Certains ne se sentent toujours pas prêts à gérer les formulaires Google et les iPad qui permettront d’enregistrer et de transmettre les résultats.  

Vous imaginez les conséquences d’une deuxième débâcle? Je m’explique mal comment on peut rendre un processus relativement simple aussi complexe... Tout comme dans le cas de l’Iowa, le Nevada avait quatre ans pour se préparer et tout semble pourtant se bousculer cette semaine.  

Tom Perez, le président du parti au plan national, ne doit pas très bien dormir ces jours-ci. Non seulement sa formation est divisée entre progressistes et centristes, mais elle traîne encore le boulet de l’échec de l’Iowa. Vous pouvez parier que s’il n’est pas déjà sur place, il communique plusieurs fois par jour avec les responsables du Nevada. Déjà critique de la formule des caucus, le président fera tout en son pouvoir pour ne pas revivre une seconde humiliation de taille.  

Pour accéder à l’article de POLITICO, vous cliquez ici.