/sports/others
Navigation

Coup de circuit pour le Rouge et Or, qui recrute Saydou Sall

Saydou Sall
Photo courtoisie Saydou Sall dans son nouvel uniforme.

Coup d'oeil sur cet article

Très actif depuis le début de la période de recrutement, Nathan Grant estime avoir frappé un coup de circuit, mardi, avec la venue de l’ailier Saydou Sall, des Lynx d’Édouard-Montpetit.  

«Saydou est un joueur de concession, a déclaré l’entraîneur-chef du programme de basketball masculin du Rouge et Or de l’Université Laval. Il est parmi les deux ou trois meilleurs finissants dans le circuit collégial. C’est notre plus grosse prise. Il aura un impact dès le jour 1 et il devrait se retrouver sur notre cinq partant. Il peut marquer, tirer de la ligne de trois points et défendre toutes les positions.»  

«La venue de Saydou envoie le message que nous sommes sérieux», de poursuivre Grant, qui en est à sa première saison à la barre du Rouge et Or.  

«On m’a embauché pour ça, amener des athlètes. J’ai développé plusieurs bonnes relations au fil des ans et je n’ai pas besoin de me vendre parce que les joueurs me connaissent déjà. Je vends ma vision et notre programme.»   

Pourquoi choisir le Rouge et Or, qui ratera de nouveau les séries éliminatoires cette saison?  

«J’aime beaucoup les installations et je voulais jouer dans cet environnement, a expliqué l’ailier de 6 pi 7 po, qui présente une moyenne de 16,7 points (8e rang) et 9,1 rebonds (6e rang) par match avec les Lynx cette saison. Nathan est vraiment un bon coach qui va m’aider à m’améliorer. Au final, mon choix s’est fait entre Laval, McGill et Concordia. Avec le Rouge et Or, je pourrai apporter de la vitesse, mes qualités de marqueur et un bon jeu en défensive.»  

Ontario et États-Unis  

Sall a aussi été courtisé par quelques équipes de l’Ontario, de l’Ouest et par les Black Bears de l’Université du Maine dans la NCAA.  

«La NCAA était dans ma mire au début, mais mes quatre années au cégep ont changé le portrait, a-t-il expliqué. J’aurais perdu un an si j’avais choisi les États-Unis et ça devenait moins intéressant. À Laval, je pourrai jouer quatre ans. Il y a aussi que certaines universités n’offraient pas mon programme d’études.»  

«Je vais étudier en génie physique. Parce que le programme à Granby n’est pas le plus fort, j’ai reçu peu d’offres après avoir terminé mon parcours dans les rangs scolaires et mon développement a été plus lent.»