/opinion/columnists
Navigation

Les anglos sont-ils vraiment meilleurs?

Réactions fusillade Virginie
Photo d’archives

Coup d'oeil sur cet article

Le palmarès des cégeps publié dans nos pages est un travail de moine qui fourmille de données intéressantes.  

On a surtout retenu que les cégeps du réseau anglophone ont des taux de diplomation supérieurs à ceux du réseau francophone. 

Inévitablement, on nous a resservi que les anglophones valorisent plus l’éducation que les francophones. 

C’était sûrement vrai jadis, peut-être encore un peu, mais le gros de l’explication de cet écart de réussite est aujourd’hui ailleurs.  

Sélection 

Le chercheur Frédéric Lacroix a compilé des données révélatrices sur la population collégiale.  

Les cégeps anglophones accueillaient, en 2018, 19 % de tous les étudiants collégiaux.  

Mais au Québec, il n’y avait, en 2016, que 8,1 % de gens de langue maternelle anglaise.  

En réalité, 37,8 % des étudiants dans ces cégeps anglophones sont des allophones et 20,7 % sont des francophones. 

Comme me le faisait remarquer Lacroix, comment la communauté anglophone pourrait-elle être félicitée, tenue pour responsable des succès de diplomation des cégeps anglophones alors que les étudiants de langue maternelle anglaise y sont minoritaires ? 

En fait, les « anglos de souche » sont minoritaires dans « leurs » cégeps... depuis 2001. 

Vous devinez la vraie cause de cette plus grande réussite des cégeps anglophones.   

Le cégep anglophone Dawson, par exemple, n’accepte qu’un candidat sur trois. Or, 40 % de ses étudiants sont des francophones.  

Pour le dire autrement, les francophones qui vont vers les cégeps anglophones se recrutent essentiellement parmi ceux qui ont les plus fortes notes.  

Si les cégeps anglophones affichent de meilleurs résultats, c’est tout simplement parce qu’ils recrutent les meilleurs étudiants. 

C’est un phénomène d’écrémage un peu similaire à celui qui explique, au niveau secondaire, les taux de réussite supérieurs de l’école privée.   

Depuis plusieurs années, on voit simultanément une ruée vers les cégeps anglophones et une baisse des inscriptions dans les cégeps francophones. 

Entre 2013 et 2017, c’est 11,1 % de moins d’inscriptions pour le cégep Maisonneuve, 13,1 % de moins pour Bois-de-Boulogne et 12,8 % de moins pour le Vieux-Montréal. 

À l’inverse, les inscriptions dans les cégeps anglophones augmentent même... hors de Montréal, en fait partout où il y a des établissements anglophones.  

Les anglophones, eux, n’ont aucun intérêt ou presque pour les cégeps francophones : ils n’étaient que 1,3 % en 2018. 

Quant aux allophones, c’est simple : dès que la fréquentation de l’école française cesse d’être imposée par la loi 101, ils se ruent vers les cégeps anglophones, avant d’aller ensuite massivement, dans une proportion de 91 % (!), à Concordia et à McGill. 

Pour eux, la fréquentation de l’école française est une immersion forcée.  

Pari perdu 

Quand la loi 101 fut adoptée, on fit le choix de ne pas l’imposer au cégep parce qu’on pensait que la fréquentation de l’école primaire et secondaire en français garantirait que cette personne vivrait ensuite en français à la maison et au travail. 

C’était une illusion. Tout est à repenser. 

Cette question des langues d’enseignement est si complexe et si déterminante pour notre avenir que j’y reviendrai.